/portemonnaie
Navigation

Ce designer n’a jamais eu de patron

Ce designer n’a jamais eu de patron
Photo courtoisie Caserne

Coup d'oeil sur cet article

Le designer Ugo Varin-Lachapelle n’a jamais réellement eu de patron. La réussite de son entreprise est survenue si rapidement qu’il est passé d’étudiant à entrepreneur à succès en un rien de temps.

«J’ai parti Caserne avec deux amis avec qui j’ai étudié à l’école, raconte-t-il. On travaillait sur nos projets scolaires ensemble.» La petite équipe a accepté un contrat estival, qui a finalement jeté les bases d’un projet bien plus grand.  

Puis, en 2012, lors de l’exposition de leur projet final d’études, Ugo et ses deux associés de l’époque se sont présentés en tant que Caserne. 

Ce designer n’a jamais eu de patron
Photo courtoisie Caserne

«C’était une soirée d’exposition ouverte au public, le point culminant de nos études si on veut, explique Ugo. Tout le monde avait sa carte d’affaires avec son site web personnel, et nous c’était Caserne.com!» 

De son propre aveu, Ugo a été chanceux de pouvoir compter sur le soutien financier de ses parents lors des premières années de son aventure d'entrepreneur. Et c'est du cinq et demi du Plateau-Mont-Royal de ses associés qu’il a appris les rouages du métier d’entrepreneur. En bon français, il a «appris sur le tas». 

Du cinq et demi au penthouse 

C’est trois ans après la fondation de son entreprise qu’Ugo a troqué la table de cuisine du logement de ses partenaires pour des locaux dans le quartier Mile-End, à Montréal. Il s’est aussi associé à son partenaire actuel, Léo Allaire, après que ses deux cofondateurs ont levé les voiles vers l’Europe.

«En 2012, je me disais que si on se rendait là où on est en ce moment, ça allait être malade, avoue Ugo, aujourd’hui âgé de 32 ans. Je sens qu’on est respectés. Nous ne sommes plus le mouton noir.» 

Parmi ses récents contrats, Caserne a notamment réalisé l’emballage des Cidres Polisson, ce qui lui a valu le prix Idéa Argent dans la catégorie design d’emballage. 

Maintenant, l’immobilier

Avec Léo, Ugo a pris du galon en matière de gestion des finances, notamment pour son porte-monnaie personnel. 

«Quand Léo s’est joint à moi, c’est là qu’on a appris à gérer nos finances, rigole Ugo. Léo est plus à point là-dessus. J’avais pas de REER avant qu’il arrive.» 

D’ailleurs, les deux créatifs ont pris goût au côté business de leur projet et ils ont des idées d’envergure pour la suite des choses. 

«Pour Caserne, on ne veut pas nécessairement grossir, mais on veut grandir, explique Ugo. On aime l’ambiance à neuf employés et je nous verrais rouler comme ça un bout de temps. Je ne veux pas juste couvrir des salaires, j’ai envie de réinvestir des profits dans l’immobilier avec Léo. On essaie de sécuriser notre avenir.» 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux