/opinion/columnists
Navigation

Comment remplacer Valérie Plante?

Coup d'oeil sur cet article

Si, à Québec, le maire Régis Labeaume a depuis belle lurette sabré dans les conseillers municipaux en trop, personne ne parle de faire la même chose dans l’éléphantesque ramassis de 103 élus et 18 arrondissements que constitue la métropole de Valérie Plante !

Eh bien, vous savez quoi ? La situation ne risque pas de changer de si tôt. Celle que je surnomme la Ricaneuse pourrait rester en poste. 

Imaginez-vous donc qu’avant la deuxième vague, j’ai été invité par quatre influents joueurs du monde municipal. En me faisant jurer de garder le secret, car ce sont des noms que vous connaissez, ils m’ont entretenu de leurs efforts pour essayer de « dégommer » Valérie Plante.

Heurtel

Il y a de la grogne, notamment chez les commerçants, contre Projet Montréal. Mais si Denis Coderre décidait de revenir et divisait le vote, Mme Plante pourrait bien nous rire encore au visage aux prochaines élections !

Ce groupe anti-Plante étudie un certain nombre de champions potentiels. Bien sûr, il y a Anne-France Goldwater, qui, si ça lui disait, serait redoutable, je suis sûr ! Cette femme est une battante. Pourtant, c’est sur une personnalité moins flamboyante que se porte leur choix : David Heurtel, un ancien attaché politique de Bernard Landry viré libéral et devenu député de Viau et ministre de l’Environnement, puis de l’Immigration, sous Philippe Couillard.

Déséquilibre

Faites-vous partie de ceux qui se sont étouffés en apprenant que les ronds-de-cuir municipaux jouissent de conditions incomparablement meilleures que le commun des mortels (des revenus de plus de 100 000 $ en moyenne avec les avantages) et que leurs vis-à-vis de Québec et d’Ottawa ? Pas moi !

Je me suis fait une raison. Ce déséquilibre, qui choquait déjà dans les années 1990, va continuer de s’accentuer. Exactement comme les 103 élus de Montréal, ça ne changera pas, et ce, même si David Heurtel devenait notre prochain maire. Amen !