/sports/others
Navigation

COVID-19 et skateboard: pas que du négatif

COVID-19 et skateboard: pas que du négatif
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La COVID-19 a eu des effets néfastes sur une grande majorité des disciplines sportives. C’est le cas dans l’univers du skateboard, mais la pandémie n’a pas seulement eu des conséquences navrantes.

Sur la scène montréalaise, l’édition 2020 du Festival Jackalope est passée dans le tordeur. Le fondateur de l’événement, Micah Desforges, préfère toutefois soulever l’aspect positif qu’a eu l’éclosion du virus sur son sport fétiche.

Micah Desforges
PHOTO COURTOISIE, MICAH DESFORGES
Micah Desforges

«Le skateboard, comme toutes les autres disciplines, a été affecté par le confinement. Cela a créé des frustrations. Mais si l’on regarde les chiffres des ventes de planches à roulettes au Québec, au Canada et même aux États-Unis, il s’agit de la meilleure année en termes de vente depuis les 20 dernières années», a indiqué le président de Tribu Expérientiel, la compagnie qui produit le Festival Jackalope.

«Cela s’explique par l’ascension des sports individuels, a-t-il poursuivi. Plusieurs magasins sont "sold out" et ont de la misère à avoir de l’inventaire de leurs fournisseurs. Ils ont fait leur année en quelques mois».

Les Jeux olympiques

L’arrivée d’un nouveau bassin de planchistes pourrait même être une bénédiction pour une discipline qui aura plus de visibilité que jamais.

En effet, le skateboard sera des Jeux olympiques de Tokyo, une première dans l’histoire du prestigieux événement.

Le report des Jeux de 2020 à 2021 aurait pu être perçu comme une mauvaise nouvelle pour les amoureux du sport comme Micah Desforges. Encore une fois, l’entrepreneur préfère voir le verre à moitié plein.

«Quand les Jeux olympiques de 2021 vont s’amorcer, il va y avoir un auditoire naturel supplémentaire, a-t-il affirmé en parlant de tous les nouveaux skateurs. Le report des Jeux, c’est presque une bonne chose.»

Micah Desforges croit même que la présence du skate aux Olympiques permettra aux néophytes de persévérer.

«Ce qu’il faut éviter, c’est que la gens qui ont acheté un skate pendant la COVID le laissent dans leur garde-robe l’année prochaine, a-t-il exposé. Les Olympiques vont agir comme une dose de motivation et d’inspiration à l’échelle planétaire.»

Un avenir prometteur

Le skate, qui sera présenté à une heure de grande écoute à Tokyo, pourrait être regardé par plus de quatre milliards de personnes en 2021. Un auditoire inégalé pour la discipline, mais aussi le début de quelque chose de beaucoup plus gros, selon Micah Desforges.

«Ce qui se trame dans l’industrie du skate, c’est que l’introduction du sport va se faire à Tokyo. Ça va être "cool" et mettre la table. Paris [2024] sera très intéressant, mais à Los Angeles en 2028, nous allons pouvoir voir le plein développement des sports extrêmes.»

«De notre côté avec Jackalope, nous regardons les 10 prochaines années comme une super belle opportunité», a-t-il conclu avec espoir.

JackalopeTV : plus qu’un plan B

Malgré l’annulation de son édition 2020, l’équipe du Festival Jackalope n’avait pas l’intention de se croiser les bras et d’attendre 2021.

«On parle beaucoup du retour à la normale, mais nous, depuis le début, nous disons qu’il ne faut pas être en mode attente», a clamé Micah Desforges, le président et fondateur de Tribu Expérientiel, la compagnie qui produit l’événement qui rassemble les meilleurs planchistes de la planète à Montréal depuis bientôt 10 ans.

«Nous avons plutôt créé des opportunités pour les athlètes, nos partenaires et notre équipe de se rendre utiles et d’inspirer les gens.»

L’opportunité dont parle l’entrepreneur, c’est Jackalope TV. Il s’agit d’une plateforme web où l’on retrouve des mini-documentaires et des web-séries sur les skateurs de chez nous.

«Par le passé, nous invitions les meilleurs athlètes à venir à Montréal pour célébrer le sport. Maintenant, nous nous déplaçons dans leur région et leur maison pour voir comment ils s’entraînent, vivent leur sport et leur passion.»

Exposer le talent

Avec cette nouvelle initiative, Micah Desforges veut donner de la visibilité à des athlètes qui sont trop souvent dans l’ombre.

«Depuis près de 10 ans avec Jackalope, nous sommes là pour pousser les athlètes qui sont moins connus ou reconnus. Nous avons eu Tony Hawk et les meilleures têtes d’affiche, mais nous prenons conscience qu’il ne faut pas arrêter là. Il y a vraiment des gens inspirants et hallucinants qui méritent d’avoir leurs 15 minutes de gloire.»

La mission que le grand manitou de l’événementiel s’est donnée l’amène d’ailleurs à rencontrer les futurs visages du skate au Canada.

«Nous étions à Calgary en plein milieu d’un champ, a-t-il dit en parlant de l’une de ses récentes expériences de tournage. Nous étions chez quelqu’un et il y avait un jeune de 13 ans, que personne ne connaît et qui n’a 900 abonnés sur Instagram. Il faisait des manœuvres aussi difficiles que le McTwist dans une rampe. Nous nous demandions si nous n’étions pas devant le futur champion olympique canadien. Nous spéculions, mais il reste que l’avenir du talent sportif canadien est à découvrir.»

Pour éventuellement voir les prouesses de cet adolescent et comprendre le quotidien des planchistes établis comme Seb Lucas ou Annie Guglia, il faut se rendre au jackalope.tribu.co.