/opinion/blogs
Navigation

Êtes-vous prêts pour un changement à la mairie de Québec?

Coup d'oeil sur cet article

Le 3 octobre dernier, Démocratie Québec (DQ), le parti municipal que je représente depuis trois ans déjà à l’Hôtel de Ville de Québec, m’a confirmé en tant que chef et candidat à la mairie de Québec pour les prochaines élections municipales, prévues le 5 novembre 2021. J’ai assumé, au cours des dernières années, un leadership rassembleur, confirmant ainsi l’unité de notre parti, tout en offrant maintenant une alternative crédible de changement à la mairie de Québec. De nombreux défis se présentent à nous, et je m’engage, au cours de la prochaine année, à rassembler une équipe compétente et à monter un programme à la hauteur des attentes de nos concitoyens. 

Peu de gens me connaissent car, je l’avoue humblement, j’ai une personnalité respectueuse du débat public. En effet, je ne cherche pas à tout prix à faire les manchettes en confrontant et en dénigrant mes adversaires. Je suis avant tout un homme de principes et de contenu, dont l’engagement en politique est ancré sur trois valeurs, à savoir le respect, l’écoute et la transparence. Notre parti est enraciné dans tous les quartiers de Québec et grâce à nos membres, je suis en contact avec les principaux acteurs économiques et sociaux de la capitale nationale.

Voici les trois principaux enjeux qui nous interpellent dans les prochains mois:

Le premier enjeu est celui de la solidarité face à la pandémie qui nous accable tous et bouleverse nos certitudes. Pour plusieurs s’ajoutent la souffrance et la détresse. C’est une période où nous devons faire preuve d’ouverture d’esprit et de respect des mesures de prévention pour protéger les plus démunis, nos aînés, le personnel soignant et nos enfants. Nous faisons face à une situation d’urgence puisque notre ville est au cœur d’une zone rouge, jugée critique pour la propagation du virus. Je lance donc un appel aux citoyens de tous âges pour que vos gestes nous permettent de réduire les risques d’exposition à la COVID. Inspirez-vous de votre sens civique et de votre humanité en respectant les directives de la Santé publique, qui, je l’admets, ne sont pas toujours faciles à suivre parce qu’elles exigent beaucoup de sacrifices dans nos habitudes et notre mode de vie. De nombreux commerçants vivent actuellement une période de détresse profonde, voyant leur entreprise et leur rêve s’écrouler. Ayez une pensée pour eux en achetant les produits et services de proximité, dans la mesure du possible, afin de les aider à passer au travers de cette crise.

Le deuxième enjeu est le rôle crucial que joue la Ville de Québec pour la grande région de la Capitale-Nationale, incluant la Rive-Nord et la Rive-Sud. Depuis plusieurs années, nous sommes divisés, contrairement aux villes de la grande région de Montréal, notamment sur le réseau de transport collectif. Il faut nous concerter et assumer un leadership uni face aux deux niveaux de gouvernement provincial et fédéral. Je constate, depuis plusieurs années, la perte d’influence de notre région, notamment dans la part d’investissement public dans nos infrastructures. C’est pourquoi j’ai pris l’initiative de proposer la création d’un véritable Réseau de transport régional (RTR). Qu’est-ce que cela signifie pour la région de Québec? Mon plan consiste en une fusion des sociétés de transport de Lévis et de Québec, afin d’éviter les éternelles «chicanes» entre la Rive-Sud et la Rive-Nord en matière de transport collectif. De plus, je propose une intégration des bureaux de projets du tramway et du troisième lien afin d’augmenter les budgets dédiés à l’intégration des deux projets. Enfin, je suggère d’investir dans un métro sous-fluvial et de créer une voie dédiée sur le pont de Québec pour un trambus qui relierait le pôle Laurier sur la rive nord au pôle Desjardins à Lévis. Le Réseau de transport régional (RTR) mérite des investissements conséquents et nous devons exiger notre juste part, comparativement à la grande région de Montréal, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Le troisième enjeu est le respect de la participation citoyenne. La Ville de Québec ne cesse de croître, mais à quelles fins? Les habitants de Québec ne sont pas seulement des contribuables passifs. Ce sont également des citoyens qui contribuent à la vitalité et à la qualité de vie de notre ville. Nos concitoyens connaissent leur ville et ils demandent trois choses: le respect, l’écoute et la transparence, trois valeurs absentes lors de la présentation du projet de tramway par l’administration actuelle de la Ville de Québec, d’où le rejet du projet actuel lors d’un dernier sondage (juin 2020) à 57% contre et 40% pour. Par son arrogance et son manque de transparence, l’administration municipale actuelle a réussi à inverser les appuis au tramway, qui étaient de 58% pour et 39% contre un an plus tôt. Faut le faire; c’est l’art de se tirer dans le pied, tout en détruisant une bonne idée dans l’opinion publique! Quel cuisant échec de notre gouvernance municipale!

Malgré le peu de ressources dont je dispose, j’ai tenu, en mars 2019, une consultation sur le déneigement où plusieurs citoyens se sont exprimés librement. Ce fut un parfait exemple de la volonté des citoyens de s’offrir des services adaptés à partir d’une compréhension commune des enjeux. Certaines recommandations issues de cette consultation se retrouvent d’ailleurs dans le projet d’amélioration du déneigement mis de l’avant par la Ville. L’indemnisation des commerçants sur la route de l’Église et le projet du tramway furent aussi un bel exemple de participation citoyenne que j’ai appuyée et qui a donné des résultats, notamment aux audiences du BAPE. Je rappelle que depuis 2013, Démocratie Québec est le seul parti qui a défendu historiquement l’implantation d’un tramway pour la ville de Québec. Nous avons été les porteurs de cette vision et les seuls, faut-il le rappeler, à oser défendre le tramway lors de l’élection de 2017. L’administration municipale actuelle s’y était fermement opposée et après l’échec du SRB, elle a récupéré cette idée, voyant l’intérêt des gouvernements pour y investir d’importantes sommes d’argent.

Le parti Démocratie Québec est porteur des attentes et de l’énergie de ses membres. C’est un parti que je veux rassembleur. Un parti qui n’est ni de gauche ni de droite. Un parti pour lequel la diversité des engagements politiques de chacun sur la scène du Québec et du fédéral est bienvenue. Les membres de Démocratie Québec désirent respect, écoute et transparence. Ils en ont assez des comportements belliqueux et outranciers. Ils recherchent des candidats engagés, à l’image d’une ville et d’une région qu’ils souhaitent innovatrices et unies. Une ville dont le maire sera soucieux de la paix sociale, près des citoyens qui désirent bâtir l’avenir et qui ont à cœur le développement économique et social de leur ville, dans le respect de l’environnement.

À titre de chef, vous pouvez compter sur mes trois années d’expérience en tant que conseiller municipal. J’ai pu établir des relations respectueuses et fructueuses avec la fonction publique de la Ville. J’ai aussi pu mesurer les limites d’une organisation qui a été restructurée à de nombreuses reprises. À ceux et celles qui recherchent un style confrontant et un culte de la personnalité, j’ai une approche différente à vous offrir. Je cherche plutôt à établir des relations de confiance avec les citoyens, leurs organisations et les gens d’affaires, sans les dénigrer. J’ai fait mon apprentissage au cours des trois dernières années et je suis prêt maintenant à relever les défis qu’incombent la mairie de Québec. Et vous, êtes-vous prêts pour un changement à la mairie de Québec?