/sports/racing
Navigation

Le Nurburgring, favorable à Lance Stroll?

Le Nurburgring, favorable à Lance Stroll?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Lance Stroll souhaite mettre un terme à une séquence de deux abandons à l’occasion du Grand Prix de l’Eifel, en Allemagne, et il tentera de profiter de son expérience sur le circuit du Nurburgring pour récolter un bon résultat.

Si la Formule 1 n’a pas organisé de Grand Prix sur ce mythique tracé depuis 2013, Stroll y a disputé six courses en deux saisons en Formule 3 européenne. En 2016, le Montréalais de 21 ans a triomphé lors des deux premières épreuves avant de terminer deuxième à l’ultime course, en route vers le titre de la discipline.

«C’est un circuit tellement rapide, mais il y a tellement de fluidité au tour que c’est un vrai plaisir, a dit Stroll, dans un communiqué de son écurie Racing Point. J'ai eu du succès là-bas dans le passé. Avec deux victoires en trois courses [en 2016], ç’a amorcé une bonne séquence jusqu’à la fin de la saison. Je n’en ai que de bons souvenirs.»

Le froid

La couse devrait être disputée dans des températures assez basses auxquelles les monoplaces de F1 ne sont pas habitués. Qu’à cela ne tienne, Stroll a affirmé qu’il n’allait pas se laisser perturber par quelques courants d’air frais.

«On verra! Le Nurburgring à cette période de l'année peut créer toutes sortes de conditions météorologiques. Je viens du Canada, donc la pluie, la neige et le soleil me conviendront. Nous avons la peau épaisse et je porterai un t-shirt sur la piste...», a-t-il affirmé.

Le Nurburgring est l’un de plusieurs circuits qui effectuent un retour au calendrier ou qui accueillent une course pour la première fois en cette campagne fortement touchée par la pandémie de COVID-19.

Après un baptême en Toscane sur le circuit de Ferrari du Mugello, celui de Portimao sera le théâtre d’un retour éphémère du Grand Prix du Portugal, plus tard. Les pistes d’Imola (Italie) et d’Istanbul (Turquie) verront également de l’action exceptionnellement cette saison.

Ces changements temporaires sont d’ailleurs appréciés des pilotes, comme en a témoigné Stroll.

«Le Nurburgring est l'un de mes circuits préférés et c'est formidable de le revoir dans le calendrier de la Formule 1. La F1 et la [Fédération internationale de l’automobile (FIA)] méritent beaucoup de crédit pour avoir travaillé si dur pour nous assurer d'avoir une saison complète dans des circonstances difficiles. L’ajout de circuits historiques pour mélanger les choses est vraiment positif.»