/news/currentevents
Navigation

Une contravention salée pour avoir jeté... une contravention!

Coup d'oeil sur cet article

Une automobiliste se souviendra longtemps qu’il est encore plus coûteux de polluer l’environnement que de faire un excès de vitesse.

Une Gatinoise de 33 ans roulait samedi peu avant 18 h sur la route 148 dans la municipalité de Pontiac, en Outaouais, lorsqu’elle a été interceptée à 126 km/h dans une zone de 90 km/h par un policier de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

Après les procédures d’usage, la femme a carrément refusé de prendre la contravention de 269 $, invectivant de nouveau sans retenue le patrouilleur. L’agent a alors tout simplement déposé le document légal sur le tableau de bord du véhicule de la conductrice.

À peine revenu à son autopatrouille, il remarque que la dame avait non seulement déjà quitté les lieux, mais qu’elle avait jeté au sol le constat d’infraction par la fenêtre de sa voiture. Comble de malchance pour elle, la scène avait été filmée en entier, car toutes les voitures de la Sécurité publique de la MRC des Collines sont munies de caméras de surveillance.

Plutôt que de prendre en chasse la fautive, le policier a tout bonnement décidé d’appliquer la réglementation municipale de Pontiac, pénalisant la femme pour avoir jeté un objet sur la voie publique, un geste accompagné d’une amende de 499 $!

«Nous faisons souvent face à des gens en désaccord, mécontents ou frustrés, mais ce type de comportement est vraiment exceptionnel», a relaté le porte-parole du corps policier, Martin Fournel, qui compte près de 25 ans de métier dans les forces de l’ordre.

La conductrice s’en sort tout de même bien dans les circonstances, car elle aurait pu recevoir un autre constat d’infraction de 499 $ pour avoir injurié un agent de la paix.

Si la première contravention virevolte peut-être quelque part au vent dans un champ environnant, la seconde ne risque pas de subir le même sort, puisqu’elle lui sera envoyée par la poste.