/finance/news
Navigation

Arrêtez de capoter avec votre score de crédit!

AdobeStock_295756107 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Je suis tombé récemment sur le témoignage d’un jeune homme tout paniqué d’avoir vu sa cote de crédit dévaluée de quelques points, genre de 754 à 738 (l’échelle s’étend de 300 à 900).

J’ai cru comprendre que le garçon assurait un suivi serré de son pointage. Il ne comprenait pas qu’on lui inflige un pareil « déclassement » alors qu’il n’avait rien modifié de ses habitudes de paiement. 

D’où sa question : POURQUOI, MON DIEU ? 

Deux choses ressortent de cette « triste » histoire dont le dénouement reste encore un mystère.  

  1. Elle nous rappelle que le score de crédit est déterminé à l’aide d’un mécanisme relativement opaque.  
  2. Elle nous montre comment le score de crédit peut tourner à l’obsession chez certains.  

D’où mon invitation à respirer par le nez : arrêtez de capoter avec ça.

Un gros marché

N’allez pas croire que la cote de crédit n’a pas d’importance, au contraire, elle en a trop. Elle ouvre (ou ferme) la porte aux meilleures conditions de crédit, elle influence le coût des primes d’assurance habitation et conditionne parfois l’accès au logement.  

Ça explique sans doute pourquoi elle génère autant d’anxiété chez certaines personnes. Il faut dire que toutes ces données personnelles qui se dispersent dans la nature contribuent à nourrir cette paranoïa. Chez d’autres, elle semble plutôt satisfaire un curieux appétit pour les statistiques, comme chez l’amateur de baseball.

Toujours est-il qu’une petite industrie y a trouvé le terreau pour prospérer : de plus en plus d’entreprises nous offrent de suivre en continu les moindres variations de notre pointage, le type d’abonnement auquel a certainement souscrit notre ami dont on a parlé plus haut.

Si ce n’est pas en argent, c’est avec ses informations personnelles qu’on paie ces services. On n’a rien pour rien. Je pense évidemment à Equifax et à TransUnion, mais aussi à Credit Karma et à Borrowell. 

Si l’objectif de cette surveillance constante est d’améliorer votre vie financière, vous perdez votre temps (et votre argent). Le fait de fixer du regard votre pointage ne le fera pas monter.

À quoi sert le pointage ?

Ces mesures n’ont pas été inventées pour les individus, mais pour les entreprises, surtout les prêteurs. Les services aux particuliers, c’est autre chose, une déclinaison, un sideline pour les agences de crédit, une façon de tirer un peu plus de jus des données personnelles (sur le dos des consommateurs à qui appartiennent ces données personnelles). 

Revenons au chiffre, au pointage. De quoi s’agit-il ? C’est théoriquement le reflet de nos habitudes de paiement et de remboursements. Alors quoi ? Si vous payez vos comptes tous les mois et que vous ne faites pas un usage excessif du crédit, votre cote sera bonne.

Occupez-vous de vos affaires, et votre score ne sera pas un problème. 

À SAVOIR

  • Tout de même, des erreurs, des fraudes et des anomalies peuvent entacher notre dossier. Les agences de crédit s’en lavent les mains. Chaque année, commandez votre dossier (pas votre pointage) auprès d’Equifax et de TransUnion. Vous y trouverez tout votre historique et pourrez exiger des corrections s’il contient des erreurs.  
  • Les deux éléments les plus déterminants dans le pointage : votre discipline de paiement et l’usage de votre capacité de crédit. Concentrez-vous là-dessus et ça devrait bien aller.  
  • Les prêteurs ne se basent pas seulement sur le dossier de crédit, mais aussi sur le salaire, la fréquence des changements d’emploi et parfois des déménagements. Ils ont une préférence pour la stabilité.