/sports/soccer/impact
Navigation

Il faut enchaîner

L’Impact a collé deux victoires seulement une fois cette saison

SOCCER-USA/
Photo d'archives, USA TODAY Sports Lors du dernier duel contre l’Union de Philadelphie, le défenseur de l’Impact Luis Binks avait forcé Sergio Santos à se commettre sur ce jeu.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas si longtemps, on ne donnait pas cher de la peau de l’Impact, mais avec une victoire à Philadelphie dimanche soir, la troupe de Thierry Henry pourrait rendre la fin de saison très intéressante.

• À lire aussi: L’Impact veut enchaîner les victoires

Remettons les choses en contexte. Le Bleu-blanc-noir a battu le Crew à Columbus 2 à 1 mercredi, et jusqu’à ce moment, le Crew occupait le premier rang de la MLS.

Cette victoire était d’autant plus inattendue que le Crew avait remporté tous ses matchs à domicile jusque-là et n’avait accordé qu’un seul but lors de ces sept rencontres.

L’Impact brisait alors une séquence de cinq matchs sans victoires, mais si on inclut le verdict nul de 2 à 2 contre le Fire de Chicago la semaine dernière, Henry et sa bande visent maintenant de coller trois parties sans défaites. L’Impact a amassé quatre points sur une possibilité de six à ses deux dernières sorties.

Match différent

Les deux équipes se sont affrontées le 20 septembre dernier et l’Union l’a emporté 4 à 1.

Mais cette rencontre a été particulière. D’abord, l’Impact a pris les devants dès la 5e minute sur un but de Romell Quioto, mais celui-ci a eu un coup de sang et a été expulsé 10 minutes plus tard.

« Les choses allaient bien même à 10, a tenu à rappeler Thierry Henry en visioconférence samedi midi. On a maîtrisé le jeu jusqu’à la mi-temps et après ç’a été beaucoup plus difficile pour nous. »

Samuel Piette soutient que c’est l’état d’esprit qui a fait la force de l’équipe dans cette rencontre au score qui n’indique pas l’allure réelle du déroulement. « Dans ce match-là, on avait beaucoup d’intensité dans ce qu’on faisait et on l’a un peu retrouvé contre Chicago et Columbus. On a été très solidaires les uns envers les autres pour essayer de garder le score égal le plus longtemps possible. »

Même style

D’ailleurs, Thierry Henry assure qu’il n’a pas l’intention de changer d’approche simplement parce qu’il a un autre adversaire devant lui, un rival pour qui il a beaucoup de respect.

« On aime construire de l’arrière vers l’avant. On joue d’une certaine façon et ça ne changera pas, peu importe le schéma de l’équipe adverse. »

D’ailleurs, Samuel Piette a fait remarquer que l’Impact ne se gênait pas pour brasser les cartes quand c’est nécessaire. On l’a vu dans les parties contre Chicago et Columbus lors desquelles Thierry Henry a délaissé sa formation à quatre arrières pour jouer avec trois défenseurs centraux.

« Dans les deux matchs contre Chicago et Columbus, c’était le même schéma, mais utilisé différemment. C’est la beauté de notre équipe : on est capables de s’ajuster et on travaille sur plusieurs choses », a précisé Piette.

Lassi reste

Par ailleurs, la valse des blessés se poursuit à l’infirmerie de l’Impact. C’est au tour de Lassi Lappalainen d’y être admis après une blessure à l’épaule subie mercredi qui l’a empêché de rejoindre la sélection finlandaise en compagnie de Jukka Raitala.

Quant à Romell Quioto et Saphir Taïder, Thierry Henry a entretenu le flou. Quioto a été suspendu deux matchs et a raté les deux suivants en raison d’une blessure aux adducteurs. Taïder (cuisse) est sur le carreau depuis quatre matchs.

« Les gars sont là, a indiqué Henry, mais on ne veut pas les brûler et on joue tous les trois jours. Ils sont en train de revenir.

« C’est tentant de le mettre tout de suite, mais on ne veut pas faire tout et n’importe quoi. Il faut être à l’écoute de leurs corps. »

On ne sait par ailleurs pas si Mason Toye effectuera un premier départ comme attaquant.

L’adversaire en 5 points  

Bon à domicile

Comme le Crew de Columbus, l’Union excelle à domicile avec une fiche de six victoires et une défaite. L’Union n’a accordé que quatre buts en sept matchs sur sa pelouse. 

Bonne séquence

Si l’Impact a battu une bonne équipe à Columbus, il va devoir en battre une autre dimanche soir puisque l’Union traverse une séquence de sept matchs au cours de laquelle il n’a subi qu’un seul revers (5-1-1).

Défense décimée

L’Union possède une belle profondeur, mais il y a quelques éclopés sur la ligne défensive. C’est le cas de Raymond Gaddis qui ne sera pas en uniforme. Kai Wagner et Jack Elliott représentent des cas douteux.

L’homme de la situation

Kacper Przybylko est sans contredit l’homme de la situation en attaque pour l’Union avec ses 7 buts et 3 passes décisives en 16 rencontres. C’est aussi un homme de fer puisqu’il a disputé tous les matchs de son équipe cette saison. Il fonctionne presque à la même cadence que l’an passé alors qu’il avait marqué 15 buts en 26 matchs.

La progression d’Aaronson

Brenden Aaronson n’a que 19 ans, mais il démontre une belle progression cette saison avec 4 buts et autant de passes en 16 matchs. L’an passé, à 18 ans, il avait récolté 3 buts et 2 passes en 28 parties.