/news/health
Navigation

Les CHSLD de Montréal sont peu touchés par la COVID-19

Changement de cap à 180° ; c’est maintenant le reste de la province qui y goûte

Hopital general CHSLD
Photo d’archives, Simon Clark Au CHSLD Hôpital général de Québec (photo), on dénombre actuellement 12 cas d’infections à la COVID-19 parmi les résidents, soit deux cas de plus que dans l’ensemble des centres d’hébergement de soins de longue durée de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un renversement de situation, la deuxième vague du coronavirus a pratiquement épargné jusqu’à maintenant les CHSLD et les résidences pour personnes âgées de l’île de Montréal, alors qu’elle sévit dans le reste du Québec.

Au printemps dernier, lors de la première vague de la COVID-19, les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de la métropole ont été frappés par un nombre sans précédent de décès. Près de 2500 aînés y avaient laissé la vie, une situation qualifiée d’hécatombe par plusieurs.

Environ 60 % des décès au Québec s’étaient produits dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées de l’île de Montréal. 

Selon une compilation effectuée hier par notre Bureau d’enquête à partir de données du ministère québécois de la Santé, on recense à peine 10 cas d’infections à la COVID dans les CHSLD de Montréal et 10 autres cas dans les résidences de personnes âgées.

À l’échelle du Québec, le nombre total de cas d’infections en CHSLD et en résidences s’établit actuellement à 386 cas. Cela veut dire que 95 % des cas se retrouvent dans le reste du Québec.

C’est en Montérégie que l’on enregistre le plus grand nombre d’infections, avec 102 cas .

Comme il est tôt dans la deuxième vague, les chiffres des décès dans ces milieux ne sont pas significatifs pour l’instant.

Étonnement

Même les experts consultés par notre Bureau d’enquête sont étonnés par la situation montréalaise. Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), a dû vérifier nos chiffres pour s’assurer que c’est vraiment la réalité.

« Mais c’est réjouissant », a-t-il tenu à dire.

Il est difficile pour le moment d’expliquer le revirement. Mais le Dr De Serres écarte l’idée d’une immunité collective qui se serait établie en raison du très grand nombre de cas au printemps.

« Ce serait surprenant, parce qu’un grand nombre de CHSLD à Montréal n’a quand même pas été touché à ce moment-là », explique-t-il.

Selon lui, la raison la plus plausible du recul est que les leçons du printemps en matière de contrôle des infections ont vraiment été retenues à Montréal.

Nimâ Machouf, épidémiologiste et chargée de cours à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, partage les points de vue de son collègue.

Par contre, notent les deux scientifiques, il est trop au début de la deuxième vague pour tirer des conclusions définitives à l’égard de la situation dans la métropole. 

Infections dans les résidences pour personnes âgées

Montérégie ------------------------------------------102

Chaudière-Appalaches --------------------------- 80

Laval --------------------------------------------------- 40

Québec ------------------------------------------------ 38

Laurentides ------------------------------------------- 33

Gaspésie ---------------------------------------------- 30

Montréal ----------------------------------------------- 20

Outaouais --------------------------------------------- 15

Estrie --------------------------------------------------- 10

Mauricie ----------------------------------------------- 4

Saguenay-Lac-Saint-Jean ------------------------ 2