/opinion/columnists
Navigation

Nés pour un petit pain

Coup d'oeil sur cet article

Je ne sais pas comment on peut expliquer ça. 

Est-ce à cause de la Conquête ? De notre statut de minorité en Amérique du Nord ? De notre passé de porteurs d’eau ?

Toujours est-il que c’est fou à quel point les Québécois se contentent de peu.

À quel point nous acceptons l’inacceptable. 

Comme si c’était inévitable. Comme si on méritait ça. 

DES DÉLAIS SCANDALEUX

Regardez ce qu’on apprend, ces temps-ci.

Le délai d’attente moyen pour trouver un médecin de famille est de 477 jours. Un an pour les personnes vulnérables. 

Ça, malgré le fait qu’on ait versé un milliard de dollars aux médecins de famille pour qu’ils se rendent plus disponibles.

Est-ce acceptable ? Bien sûr que non !

Mais on l’accepte.

En haussant les épaules.

Une femme de 96 ans a dû attendre quatre jours sur une civière à l’urgence d’un hôpital avant d’avoir une chambre.

En pleine pandémie.

Est-ce acceptable ? Bien sûr que non !

Mais on l’accepte.

Comme si ça faisait partie de la vie. 

Un homme de 95 ans qui se relève péniblement d’un accident vasculaire cérébral a dû déménager cinq fois en 10 mois.

Résidence pour aînés, résidence intermédiaire, résidence privée en milieu de vie, maison de soins palliatifs, CHSLD...

Est-ce acceptable ? Bien sûr que non ! C’est un scandale, une honte !

Mais on l’accepte. 

BEN COUDONC

Le gouvernement a englouti un milliard trois cents millions de dollars dans un système de communication d’urgence (RENIR) qui ne fonctionne pas.

Il fonctionne tellement mal (les fréquences ne passent pas à travers certains murs, calvaire !!!) que les policiers et les ambulanciers qui devaient l’utiliser le boudent. 

Est-ce acceptable ? Absolument pas !

C’est un gaspillage éhonté de l’argent public. De votre argent, de mon argent. 

Mais on lit ça dans Le Journal, et on n’est même pas surpris.

En fait, c’est le contraire qui nous surprendrait : que le système fonctionne...

Le système de justice est tellement engorgé qu’on a été obligé de libérer un homme qui était accusé d’avoir égorgé sa femme ainsi que cinq Hells Angels accusés de meurtre. 

Est-ce acceptable ? Bien sûr que non !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Vous imaginez tout l’argent qu’on a dépensé pour mener à bien l’enquête SharQc, qui visait les Hells ? 

On parle ici d’une opération qui a mené à l’arrestation de 156 personnes et qui a coûté au bas mot 50 millions de dollars !

Tout ça en pure perte !

« Bon, les amis, vous êtes libérés ! La preuve est trop volumineuse et les accusés trop nombreux, le système de justice avait les yeux plus grands que la panse, prenez vos affaires et retournez chez vous ! »

Est-ce acceptable ? Bien sûr que non !

C’est une farce, un aveu d’impuissance face aux gangs criminalisés !

Mais on l’accepte. 

On lit ça dans Le Journal, on se dit « Ben coudonc » en avalant une gorgée de café, et on tourne la page.

BONNE PÂTE

Pourquoi on accepte ça ?

Des écoles qui tombent en ruines, un système de santé bancal malgré tout l’argent qu’on y investit, un système de justice engorgé...

Le pire bilan au Canada en ce qui concerne la COVID-19. 

Et on ne se fâche pas. 

C’est quoi, notre problème ? 

Pourquoi on est aussi bonasses, aussi mous ?