/world/opinion/columnists
Navigation

Vers une guerre civile?

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis vont-ils entrer en guerre civile ? Poser cette question il y a quelques années aurait paru absurde. Pas en 2020. Encore moins après l’arrestation, jeudi, de 13 hurluberlus qui s’imaginaient protéger la Constitution américaine en kidnappant et en tuant la gouverneure du Michigan.

Donald Trump vient de jeter de l’huile sur le feu en accusant la gouverneure de faire un horrible travail dans son État. Une façon de dire aux gens qui veulent renverser le pouvoir par la force des armes qu’ils ont raison. La gouverneure du Michigan a vigoureusement dénoncé les propos de Trump. Mais depuis des mois, Trump redoute de perdre l’élection. « Stand back and stand by » (« Tenez-vous en retrait, mais prêts à l’action »), a-t-il déclaré, lors du débat, à divers groupes armés. Trump incite à la violence et à la guerre civile.

Qu’est-ce qu’une guerre civile ?

Une guerre civile dépasse une révolte ou une action violente temporaire. Elle implique qu’au moins deux groupes organisés se fassent la guerre avec des armes à l’intérieur des frontières d’un même État. Une guerre civile peut avoir de nombreuses causes. Il peut s’agir d’un dirigeant qui refuse de perdre une partie de ses pouvoirs et qui appelle à la violence. C’est le cas de Mao Zedong avec la Révolution culturelle. La guerre civile peut aussi résulter d’une guerre d’indépendance. C’est ce qui est arrivé en Algérie après la Seconde Guerre mondiale. Elle peut être une guerre religieuse ou ethnique, comme au Rwanda. Les guerres civiles surviennent généralement quand une partie d’une population se sent gravement lésée et quand elle estime que rien sauf la lutte armée ne peut redresser la situation.

Qui se sent lésé aux États-Unis ?

Beaucoup de gens se sentent lésés aux États-Unis, à commencer par les minorités raciales. Le racisme est encore extrêmement présent aux États-Unis, en particulier dans les États du Sud-Est. Mais les Blancs de classes moyennes et pauvres sont, eux aussi, mécontents, entre autres parce que leur situation économique s’est beaucoup détériorée depuis 40 ans. Une partie d’entre eux blâme les minorités d’être responsables de cette détérioration. 

La situation est-elle à ce point préoccupante ?

La violence risque d’émerger à la suite de la prochaine élection si aucun des camps ne parvient à gagner avec une majorité suffisante. Pour les uns comme pour les autres, le camp gagnant aura triché, le président ne sera donc pas légitime. La désobéissance civile pourrait facilement s’installer, et, à partir de là, une guerre civile pourrait émerger.

Qui serait responsable de cette guerre civile ?

Il est très clair que ce sont les républicains, et avec eux Donald Trump, qui s’accrochent au pouvoir. Par exemple, depuis quelques années, les républicains essaient de répandre la fable que les États-Unis ne sont pas une démocratie et qu’ils ne l’ont jamais été. Ils feraient bien de relire le préambule de la Constitution américaine. Il commence par « Nous le Peuple... »

La guerre civile est-elle inéluctable ?

Pour le moment, l’armée ne semble pas avoir pris parti. Les dirigeants de l’armée donnent l’impression de chercher à préserver l’ordre établi et la paix sociale. De la même manière, les services du gouvernement, comme les agences de renseignement, semblent aussi du côté de l’ordre établi. Plusieurs dirigeants républicains demandent une passation paisible des pouvoirs en cas de défaite de Trump. Mais qui pourrait maîtriser une rébellion armée dirigée par des républicains ou des démocrates notoires ?