/world/europe
Navigation

Coronavirus: Boris Johnson va annoncer un nouveau système d’alerte

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | Boris Johnson va présenter aux députés, lundi, un nouveau système avec trois niveaux d’alerte qui déterminera les mesures à appliquer dans les régions anglaises selon la propagation du coronavirus, ont indiqué ses services dimanche, le nord de l’Angleterre se préparant à un durcissement des restrictions. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Le premier ministre britannique s’exprimera dans l’après-midi à la Chambre des Communes, la chambre basse du parlement, après avoir présidé, lundi matin, une réunion de crise de son gouvernement «pour déterminer les dernières interventions à annoncer au parlement».

Le nouveau système d’alerte prévoit de diviser l’Angleterre en différents niveaux d’alerte («moyen», «élevé» et «très élevé»), selon la diffusion du virus, ce qui déterminera les mesures à appliquer localement.

Les députés débattront et voteront dans le cours de la semaine sur ces mesures, destinées à simplifier et à clarifier les décisions en matière de lutte contre le virus.

Boris Johnson s’exprimera ensuite à la nation lors d’une conférence de presse télévisée, aux côtés du ministre des Finances, Rishi Sunak, et du responsable des services de santé Chris Whitty.

«C’est un moment critique et il est absolument vital que chacun suive les directives claires que nous avons données pour aider à contenir le virus», a déclaré un porte-parole de Downing Street.

Les principaux conseillers de Boris Johnson et le ministre chargé du gouvernement local, Robert Jenrick, ont discuté au cours du week-end avec les élus du Nord-Ouest, zone particulièrement touchée par le virus, sans empêcher le ressentiment de ceux-ci. Les élus redoutent la fermeture des pubs et cafés et jugent les mesures de soutien à l’emploi insuffisantes.

«Nous n’abandonnerons pas les habitants face à l’adversité et les entreprises face à la faillite», a déclaré samedi le maire travailliste de Manchester, Andy Burnham, agitant même la menace d’un recours en justice.

Le Royaume-Uni, pays le plus durement touché en Europe avec plus de 42 800 morts, a enregistré, dimanche, près de 13 000 nouveaux cas.