/finance/opinion/columnists
Navigation

Trouvons un autre acheteur pour Transat

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de la forte révision à la baisse du prix de l’action de Transat offert hier par Air Canada, j’invite la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité de la FTQ à sauter sur l’occasion pour refuser de déposer leurs blocs respectifs d’actions de Transat.

Et, bien entendu, j’invite tous les autres actionnaires de Transat à faire de même en rejetant l’offre d’Air Canada.

Au lieu de 18 $ l’action, la haute direction d’Air Canada a convenu avec le conseil d’administration de Transat de n’offrir finalement que 5 $ aux actionnaires de Transat pour qu’ils déposent leurs actions dans le cadre de l’offre d’acquisition de son populaire concurrent québécois.

De 720 millions $ qu’elle offrait initialement pour mettre le grappin sur Transat, Air Canada ne débourserait au bout du compte qu’un maximum de 200 millions $ en vertu de la nouvelle entente.

Je veux bien croire que la pandémie de la COVID-19 a eu un effet désastreux sur le transport aérien et l’industrie du voyage vacances, mais de là à vendre Transat à Air Canada pour une bouchée de pain, c’est déplorable. 

À 5 dollars l’action, c’est 72 % de moins que le prix de 18 $ qu’Air Canada offrait de payer avant la COVID-19.

TROUVONS UN AUTRE ACHETEUR

Je propose à la direction de la Caisse et à celle du Fonds de la FTQ de déployer tous les efforts nécessaires pour essayer de trouver une société québécoise avec laquelle ils pourraient présenter une contre-offre un peu plus généreuse pour les actionnaires de Transat que celle d’Air Canada.

À eux deux, la Caisse et le Fonds FTQ détiennent actuellement 17,5 % des actions en circulation.

De plus, je trouve que ce serait également l’occasion pour le premier ministre François Legault et son ministre de l’économie Pierre Fitzgibbon de soutenir les démarches d’un potentiel acquéreur québécois pour Transat. 

Legault et Fitzgibbon pourraient par le fait même contribuer à faire de Transat le transporteur aérien numéro 1 pour desservir les régions du Québec qu’Air Canada a carrément délaissées.

TRANSAT VAUT BIEN LE CIRQUE DU SOLEIL

Si le gouvernement Legault était prêt à investir 262 millions $ dans le sauvetage du Cirque du Soleil en vue d’en préserver le siège social, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas, par l’entremise d’Investissement Québec, participer financièrement à la création d’un consortium québécois pour acquérir Transat et lui permettre de survivre en cette période de crise mondiale dans le transport aérien. 

J’aimerais rappeler au gouvernement Legault, à la Caisse et au Fonds de solidarité de la FTQ que Transat est l’une des plus grandes entreprises de tourisme international intégrée, spécialisée dans le voyage vacances au monde.

« Proposant des forfaits vacances, des séjours hôteliers et des liaisons aériennes sous les marques Transat et Air Transat, l’entreprise est présente dans une soixantaine de destinations dans plus de 25 pays en Amérique et en Europe. »

En temps normal, Transat compte 5000 employés à son actif.

Pas de doute que son volume d’affaires a fortement chuté en ces temps de COVID-19.

Mais si Air Canada trouve que c’est une bonne affaire d’acquérir Transat, ça montre que Transat a de l’avenir.