/opinion/columnists
Navigation

Un gars de gang

Un gars de gang

Coup d'oeil sur cet article

On est tous très content que l’épouse de Trevor Timmins soit francophone, mais ça ne l’aide pas à comprendre le phénomène « Canadien de Montréal ».  

Serge Savard a eu beau l’expliquer maintes fois après l’avoir démontré à deux reprises plutôt qu’une, mais ça ne rentre pas.  

Timmins et Marc Bergevin, chaque année, défendent leurs choix de repêchage un à un, mais ils ne réalisent pas que ce n’est vraiment pas comme ça qu’il faut bâtir un club à Montréal où la Coupe Stanley a été gagnée 24 fois.  

Ce n’est pas un hasard. 

Des p’tits gars d’ici dans le club, il en faut plus que trois ou quatre.  

L’équipe de 1993

Il en faut un noyau, un cœur comme celui de 1993 bâti autour de Roy, Damphousse, Carbonneau, Desjardins, Denis Savard, Lebeau, Brisebois, Daigneault et autres.  

Ils étaient plus d’une dizaine qui ont pris le leadership de la chambre et ils ont entraîné des gars comme Muller, Keane, Bellows et LeClair.  

Le coach était Jacques Demers.  

Ce club-là était identifié québécois.

Dans les années 1970, des gars comme Gainey, Robinson, Dryden avaient vite compris qu’ils allaient vivre en Québécois, en français, avec les Savard, Lafleur, Lemaire, Cournoyer, Lambert et Tremblay.  

Ils ont appris la langue.  

Les joueurs venus d’ailleurs n’acceptaient pas de passer au Canadien. Non, ils voulaient devenir montréalais et ils pleuraient à chaudes larmes quand on les échangeait. Parlez-en à Mike Keane, Chris Chelios, Lyle Odelein.

Lorsque la toile de fond du Canadien respecte ses origines et sa véritable identité, elle devient une équipe exceptionnelle et elle gagne.  

C’est ce qu’on ne comprend pas depuis 25 ans. On va chercher un p’tit gars d’ici, de temps en temps, à gauche et à droite, mais on ne bâtit pas en québécois. C’est un travail de longue haleine qui se divise en 3 paliers : le repêchage, les échanges et les invitations aux joueurs oubliés. 

Je suis convaincu que ce chandail, cet écusson, a encore de la magie, des pages d’histoire à écrire et même des fantômes à éveiller, mais ça prend les bons acteurs. Pas un de temps en temps. Un noyau, Trevor, un noyau. 

De l’enclave   

  • Il y a 36 ans aujourd’hui, Mario Lemieux faisait son entrée dans la NHL. C’était au vieux Garden de Boston. À sa première apparition, il a volé une rondelle à Raymond Bourque, il s’est échappé et il a déjoué Pete Peters. C’était son premier tir dans le circuit et il n’y avait pas encore 30 secondes de jeu au compteur. Vous pouvez voir ça sur YouTube. 
  • Alors qu’il était encore junior à Laval et qu’il n’avait pas encore été repêché, Mario Lemieux m’avait dit, en entrevue à TVA, que son rêve était de jouer pour les Rangers de New York
  • Je ne comprends pas que le capitaine des Voltigeurs de Drummondville, Xavier Simoneau, n’ait pas été repêché. Il vous fera tous mentir. 
  • Je me répète. Allez chercher le livre Henri Richard, la légende aux 11 coupes Stanley. Petit bijou. 
  • C’est aussi un 11 octobre qu’a été diffusé le premier match de l’histoire du Canadien à la télé. René Lecavalier a décrit la 3e période de cette rencontre face à Détroit. On ne voulait pas diffuser la rencontre au complet craignant que les gens n’aillent plus au Forum. 
  • Les territoires changent, n’est-ce pas ? Des dindons sauvages ont été vus à Montréal, angle Fleury et Saint-Denis. Pas une blague, c’est vrai. 
  • Il est maintenant possible pour les chasseurs de consigner en ligne le gibier abattu. Orignal, ours, chevreuil ou dindon sauvage doivent être enregistrés moins de 48 heures après l’abattage. Une ouverture gouvernementale très appréciée. 
  • Andrew Magee est le seul joueur de l’histoire de la PGA ayant réussi un trou d’un coup sur une normale 4. Un coup de départ de 332 verges en 2001 sur le parcours TPC Scottsdale. 
  • Il y a 50 ans, le Canadien accueillait 4 vertes recrues : Réjean Houle, Marc Tardif, Guy Lapointe et Peter Mahovlich
  • Il y a 25 ans, le Canadien accueillait une verte recrue : Saku Koivu, mais Serge Savard et Jacques Demers étaient congédiés. 
  • Il y a 10 ans, le Canadien nommait un nouveau capitaine : Brian Gionta