/finance/business
Navigation

Des millions en primes pour les dirigeants de Transat

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada va finalement avaler Air Transat pour 190 millions, soit quatre fois moins que ce qui avait été prévu l’an dernier. 

• À lire aussi: Un rabais de 530 M$ pour Air Canada

• À lire aussi: Le Bloc exige plus de transparence du gouvernement

Les actionnaires font partie des grands perdants, mais les dirigeants de Transat vont quant à eux toucher des millions en bonus avec cette transaction.

Le président et cofondateur de Transat, Jean-Marc Eustache, touchera 5,5 millions en indemnités de cessation d’emploi.

Le chef de la direction financière, Denis Pétrin, recevra 1,3 M$, tandis que ce sera 1,1 M$ pour la chef de l’exploitation, Annick Guérard.

Ces primes sont prévues dans les contrats des dirigeants et elles ne sont pas affectées par la renégociation de l’entente.

«Il y a des pressions énormes des cadres qui veulent passer à la caisse, qui sont au bout du rouleau, qui ne savent plus quoi faire pour faire augmenter les profits. Ce qu’on fait, c’est qu’on vend l’entreprise», a expliqué Michel Nadeau, expert en gouvernance, à TVA Nouvelles.

Il croit que, dans ce cas-ci, vendre n’était pas nécessairement la meilleure solution, mais que les incitatifs financiers des dirigeants étaient trop intéressants.

«Ils décident de liquider la compagnie et ensuite ils vont aller passer des années heureuses à West Palm Beach en Floride», ironise-t-il.

Selon lui, la vente de Transat devrait être mise sur pause, le temps d'évaluer les impacts de la pandémie. Un soutien gouvernemental temporaire permettrait d'éviter de liquider l'entreprise à rabais, croit M. Nadeau.