/news/transports
Navigation

L’ancien pont Champlain sera démoli d’ici janvier 2024

Coup d'oeil sur cet article

Les travaux de démolition de l’ancien pont Champlain s’échelonneront jusqu’en janvier 2024, et ce, «en tout respect du milieu fluvial et des riverains». La délicate partie sur la structure métallique, située au-dessus de la Voie maritime, sera démantelée en hiver.

C’est ce qu’a fait savoir mardi la compagnie Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI).

Choisi pour les travaux, le consortium Nouvel Horizon St-Laurent (NHSL), formé de Pomerleau et de Delsan-A.I.M. Environmental Services, a présenté les grandes phases des travaux, dont la première qui s’amorcera d’ici quelques semaines.

Il s’agit notamment de la déconstruction des portions en rive qui sera effectuée à partir de jetées aménagées en bordure du fleuve.

Près de 65 % du projet consiste en des travaux sur le fleuve qui se feront de 2021 à 2023 et on a assuré mardi que le tout se fera loin des résidences, dans un environnement contrôlé et en respect du milieu fluvial.

«C’est à l’automne-hiver 2021-22 que s’amorceront les travaux sur la structure métallique située au-dessus de la Voie maritime, a-t-on indiqué. On prévoit d’abord le retrait de la travée suspendue de 2200 tonnes, et sa descente sur une barge à l’aide de vérins à câbles.»

Les travaux de cette phase seront réalisés majoritairement l’hiver afin de ne pas nuire au transport maritime.

Le consortium doit ensuite démonter des sections en porte-à-faux et des travées d’ancrage à l’aide d’une grue située sur les jetées et la digue. On a aussi prévu la déconstruction des piles à l’aide de pelles à haute portée en 2023, ainsi que la démobilisation des jetées d’ici janvier 2024.

Le coût du projet s’élève à 225,7 millions $, a-t-on précisé, mais il faudra ajouter d’autres coûts liés directement à la pandémie. Selon les prévisions de PJCCI, l’estimation de la déconstruction reste d’environ 400 millions $ avec notamment l’aménagement des rives à la fin du projet. Jusqu’à 200 personnes travailleront sur ce chantier.

Pour rappel, une première ronde de ce projet a été amorcée cet été à l’île des Sœurs, et la première dirigeante de PJCCI, Sandra Martel, s’est d’ailleurs réjouie d'une «première étape franchie avec succès».

«Pour ce qui est des travaux sur le fleuve, les méthodes choisies sont innovantes et permettront de minimiser l’incidence sur la population», a-t-elle ajouté.

De son côté, la ministre fédérale de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, a insisté pour dire que le projet sera réalisé «de manière durable en minimisant l’impact sur les collectivités locales et en protégeant l’environnement au profit de tous».

Entre autres, des sonomètres sont prévus sur le chantier pour mesurer le bruit et ainsi respecter les normes en vigueur. Il y aura aussi une surveillance de la qualité de l’air et de l’eau.

Pour rappel, l’ancien pont Champlain, inauguré en juin 1962, doit disparaître tranquillement du paysage urbain de la métropole. Il a été mis hors service le 28 juin 2019 à la suite de l’ouverture du nouveau pont Samuel-De Champlain, qui relie Brossard et Montréal.