/entertainment/music
Navigation

Les drames de Lara Fabian

La star aborde la perte d’un enfant et d’une carrière aux États-Unis dans un documentaire

Coup d'oeil sur cet article

Lara Fabian a fait une fausse couche en 2017, alors qu’elle avait 47 ans. La chanteuse raconte ce drame dans Lara, un documentaire sans complaisance dans lequel elle s’ouvre sur plusieurs sujets sensibles, et parle de Céline Dion.

Attendu sur Club illico jeudi, ce film produit par Déferlantes (La Voix, La vraie nature) brosse un portrait révélateur de l’artiste belgo-québécoise alors qu’elle poursuit une tournée mondiale pour souligner son 50e anniversaire. 

Pendant près d’une heure et demie, Lara Fabian se livre comme jamais auparavant. Elle laisse également la caméra du réalisateur Jean-François Fontaine la suivre (presque) partout.  

  • Écoutez la chronique culturelle d'Anaïs Guertain-Lacroix au micro de Pierre Nantel sur QUB radio:    

L’un des segments les plus prenants a d’ailleurs été capté en Sicile, alors qu’elle visitait sa famille. Soutenue par Gabriel Di Giorgio, son conjoint des huit dernières années, Lara Fabian raconte sa douloureuse journée du 22 mars 2017, alors qu’elle participait aux commémorations des attentats de Bruxelles, survenus 12 mois plus tôt. En l’espace de quelques heures, deux nouvelles sont venues chambouler son univers : elle a appris qu’elle était enceinte... d’un enfant non viable.

« Mon bébé n’avait pas de cœur », explique la chanteuse et mère d’une jeune fille de 12 ans, en refoulant ses larmes derrière ses lunettes fumées.

Photo courtoisie

Rivalité avec Céline Dion

Producteur exécutif du documentaire, Jean-Philippe Dion ose poser « les vraies questions » à Lara Fabian devant l’objectif, même quand elles concernent des périodes plus douloureuses, comme sa conquête du marché américain, qui s’est terminée abruptement au début des années 2000.

Les raisons sont multiples, insiste le reportage, mais en lisant entre les lignes, on comprend qu’en coulisses, le clan Céline Dion, qui était également sous contrat avec Sony Music, n’est pas resté tranquille dans son coin.

Pour protéger ses acquis et éviter qu’une autre « chanteuse à voix » s’attaque au même marché, l’équipe de Céline Dion a joué dur, très dur. Résultat : du jour au lendemain, Lara Fabian a été parachutée vers une autre maison de disques, entourée d’inconnus qui voulaient la transformer en diva pseudo dance.

En vidéoconférence hier pour parler du film, la principale intéressée n’a pas paru amère en évoquant cette période sombre durant laquelle son rêve américain s’est effondré. Ce sont « les règles du jeu », a-t-elle philosophé.

Plus encore, elle remercie le ciel d’avoir été éjectée d’un milieu qui l’obligeait à perdre du poids et changer son image pour respecter un format. « Je ne sais pas comment je serais passée à travers ce tordeur. Et croyez-moi, c’est tout un tordeur », a-t-elle déclaré.

Photo courtoisie

En mode laisser-aller

Très fouillé, le documentaire présente une Lara Fabian qu’on voit trop rarement : une femme tantôt fragile, tantôt forte, tantôt drôle, tantôt posée, mais toujours franche et honnête... avec ou sans maquillage.

Cette Lara Fabian en mode laisser-aller, on l’aime beaucoup. Espérons qu’elle soit encore dans cet état d’esprit quand elle prendra les commandes de Star Académie cet hiver, à titre de directrice.

Après le Québec, le documentaire Lara sera diffusé sur RTL en Belgique. Il pourrait aussi être vendu en France. Des pourparlers sont en cours, a signalé Jean-Philippe Dion.