/sports/fighting
Navigation

Oscar Rivas, un candidat logique pour Tyson Fury?

Le troisième choc entre le Britannique et Deontay Wilder a été repoussé à 2021

Le boxeur Oscar Rivas pourrait se retrouver à Londres, en décembre prochain, dans un combat de championnat du monde.
Photo d’archives Le boxeur Oscar Rivas pourrait se retrouver à Londres, en décembre prochain, dans un combat de championnat du monde.

Coup d'oeil sur cet article

Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres. Oscar Rivas pourrait bien appliquer cette expression à sa carrière dans les prochains jours, alors qu’il est l’un des candidats pour se frotter au Britannique Tyson Fury avant la fin de l’année en Angleterre.  

En fin de semaine dernière, les négociations entre le «Gypsy King» (30-0-1, 21 K.-O.) et le clan de Deontay Wilder (42-1-1, 41 K.-O.) ont achoppé pour la tenue d’un troisième choc entre ces deux poids lourds. Le premier combat a donné droit à un verdict nul et le deuxième a été nettement à l’avantage de Fury. 

On parle maintenant que ce choc sera repoussé à 2021. Fury a annoncé samedi qu’il souhaitait mettre les gants au moins une fois avant la fin de l’année. On parle du 5 décembre à la salle Royal Albert Hall de Londres. 

Qui sont les deux principaux candidats pour affronter le champion WBC des lourds? Oscar Rivas (26-1, 18 K.-O.) et Agit Kabayel (20-0, 13 K.-O.), lesquels sont respectivement classés no 8 et no 15 dans cet organisme de sanction.

«Rivas et Kabayel sont associés à Top Rank, tout comme Fury. Ça facilite les négociations, a confirmé Yvon Michel au Journal de Montréal. Ils sont tous les deux disponibles en ce moment. 

«Selon moi, Kabayel possède une longueur d’avance dans ce dossier. Il n’est pas un cogneur. C’est un adversaire beaucoup moins dangereux qu’Oscar.»

Le boxeur Oscar Rivas pourrait se retrouver à Londres, en décembre prochain, dans un combat de championnat du monde.
Photo AFP

Le combat d’une vie

Rivas possède une réputation avantageuse en Angleterre depuis son combat contre Dillian Whyte. 

Le Québécois d’origine colombienne avait livré une guerre dans une défaite par décision unanime. Il avait même envoyé Whyte au plancher avec un uppercut. C’est un duel qui avait été marqué par une histoire de dopage et une autre pour les gants suspects de Whyte. 

On aurait droit à un retour de balancier en faveur du représentant de GYM pour ce qui est arrivé en juillet 2019. Rivas pourrait obtenir un combat de championnat du monde avant Whyte, qui attendait depuis plus de deux ans après Deontay Wilder. Justice serait rendue.

Pour cette opportunité inespérée, Yvon Michel a bon espoir d’obtenir une bourse équivalente ou supérieure à celle obtenue par Rivas contre Whyte (1,5 million $). Les négociations devraient commencer cette semaine. 

Par contre, dans la catégorie des lourds, il faut être prêt à tous les scénarios possibles. L’histoire tend à démontrer que les discussions sont toujours longues et compliquées. On verra si ça sera encore le cas. 

Camp en Russie?

S’il obtient le combat, Rivas n’aurait pas d’autre choix que de tenir son camp d’entraînement à l’extérieur du Canada. 

Il n’est pas impossible qu’il se dirige vers la Russie. Il pourrait s’entraîner au centre national avec Artur Beterbiev, lequel doit remonter dans le ring autour du 11 décembre à Moscou. 

Avec la situation de la pandémie au Québec, Rivas ne pourrait pas s’entraîner de façon convenable pour ce qui serait le combat de sa vie. Pour le moment, les séances de sparring sont interdites. En Russie, il pourrait en avoir à volonté avec d’excellents partenaires d’entraînement. 

Bien sûr, cette option demeure à confirmer, mais ce serait la plus logique.