/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Trois-Rivières et Centre-du-Québec: les écoles passent au rouge

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les écoles se préparent à passer aux mesures de la zone rouge, à Trois-Rivières et au Centre-du-Québec, le Séminaire Saint-Joseph, qui accueille des élèves de la 1re à la 5e secondaire, doit composer avec de multiples cas de COVID-19 dans ses murs.

Depuis le début de l'année scolaire, 7 des 23 classes de l'établissement ont dû être momentanément fermées, a raconté Dany Dallaire, directeur de l'établissement trifluvien.

Pendant que des éclosions font ainsi rage dans 13 établissements scolaires de la région, c'est le branle-bas de combat dans les autres écoles. Dès mercredi, le concept de groupe-classe gagnera en importance, le port du masque deviendra permanent pour les élèves du secondaire, et les activités parascolaires seront annulées. Les élèves de 4e et 5e secondaire devront aussi suivre leurs cours à distance, une journée sur deux.

Si les élèves concèdent que les nouvelles mesures viennent saper dans une motivation déjà mise à mal, les enseignants déplorent que les directives arrivent à nouveau dans un sentiment d'urgence caractéristique de cette année scolaire hors-norme. Claudia Cousin, présidente du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, qui représente 1900 enseignants de la Mauricie, a déclaré qu'une ou deux journées pédagogiques auraient été les bienvenues, afin de s'ajuster aux nouvelles façons de faire.

Par ailleurs, si les mesures qui entrent en vigueur mercredi posent leur lot de défis, le ministre de l'Éducation ne se serait pas totalement appuyé sur les recommandations de la Santé publique pour élaborer ses directives. La Dre Chantal Sauvageau, de l'Institut national de santé publique du Québec, a en effet relaté que les orientations allaient plutôt dans le sens de classes coupées de moitié, plutôt qu'un horaire réduit de 50%. L’option retenue par le ministère ne résout pas le problème des classes bondées, a-t-elle souligné.

Mince consolation dans les circonstances, les enseignants n'auront pas à produire de bulletin avant le mois de janvier. Ils sont plusieurs à dire qu'avec le taux actuel d'absentéisme, évaluer les élèves à court terme aurait été difficile.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.