/opinion/columnists
Navigation

Une conversation dérangeante

GEN-MANIFESTATION-ETAT-URGENCE-SANITAIRE
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Quelle épreuve

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche, j’ai croisé en marchant autour de mon lac, en Estrie où nous sommes confinés, mon mari et moi, depuis des mois, une famille de fière allure. Deux parents et leurs adolescents, tous souriants, à l’air intelligent. Nous avons échangé quelques banalités et tout à coup j’ai introduit le mot « pandémie ». C’est alors que le père, un homme dans la jeune quarantaine, réservé mais articulé et s’exprimant avec aisance, s’est animé.

D’abord, il a récusé poliment le mot « pandémie ». Visiblement, il n’y croyait pas. Puis il s’est mis à citer des chiffres afin de démontrer que nous vivions dans une dramatisation de la réalité de la COVID-19. J’ai compris alors que l’habit ne fait pas le moine. Cet homme affable m’a expliqué que le virus était moins grave que les décisions politiques catastrophiques prises pour le contenir. Des gens meurent tous les jours dans les CHSLD, a-t-il dit. Les victimes étaient des vieillards, des malades en fin de vie, et nous détruisons notre économie, nous perdons notre liberté d’expression, etc., etc.

J’ai dû faire taire mon mari, le professeur, qui, lui, cherchait la contradiction. À ce moment, l’homme bien sous tous rapports nous a avoué qu’il avait participé récemment à sa première manifestation antimasque. Bien poliment et toujours souriants, nous nous sommes quittés.

  • Écoutez la chronique de Denise Bombardier au micro de Pierre Nantel sur QUB radio:

Sceptiques

Cette rencontre n’est pas qu’anecdotique. Le scepticisme à l’endroit de la pandémie, qui fait déraisonner de plus en plus de gens qui deviennent, mine de rien, des complices des complotistes purs et durs, est en progression.

Le doute s’empare jour après jour de personnes qui n’arrivent plus à surmonter cette angoisse qui les habite. La deuxième pandémie est plus insoutenable que la première car on comprend qu’il devient impossible de prévoir quel sera l’avenir. Car ce ne sera pas la reprise du commerce mondial qui va nous assurer de vaincre ce virus mortel.  

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Les États-Unis, qui sont au bord du gouffre, devraient nous dessiller les yeux. Toutes les démocraties sont ébranlées dans leurs assises mêmes. Les restrictions qui nous sont imposées, la mise en veilleuse de certaines libertés individuelles sont le prix que les citoyens doivent payer. Avons-nous vraiment le choix ?

Danger

Ceux qui croient que l’économie a priorité sur la santé publique, ceux qui sont emportés par les délires complotistes et les nouvelles années en guerre contre les vrais démocrates qui nous gouvernent et qui tentent par tous les moyens, y compris par la violence armée, de nous faire basculer dans l’anarchie constituent un danger pour la planète. 

Les médias traditionnels ont une énorme responsabilité, celle, paradoxalement, de défendre la liberté d’expression et celle de ne pas être les messagers de ceux qui colportent le mensonge.

Les honnêtes gens de bonne volonté comprennent que les réseaux sociaux doivent être policés, que les Facebook de la planète ne doivent plus jouer le rôle de pollueurs des esprits. 

Les idéologies peuvent être plus néfastes que les virus. Grâce à la science et ses vaccins, on a pu vaincre les pires épidémies de l’histoire. Mais quels sont les moyens pour remettre dans le chemin de la raison ces millions de fanatiques qui se sont enfoncés dans l’irrationnel ? À la fin de cette pandémie, quelle sera la prochaine mission des complotistes ?