/hublo
Navigation

Connaissez-vous vraiment les risques du VPH?

836469738
Getty Images/iStockphoto

Coup d'oeil sur cet article

 Il existe des manières de prévenir les infections causées par certains virus aux conséquences potentiellement sérieuses. C’est le cas du VPH, ou le virus du papillome humain, une infection qui touche les femmes et les hommes, tout au long de leur vie sexuelle active. 

À cet égard, le vaccin GARDASIL®9 permet d'aider à prévenir neufs types de VPH et certaines des maladies qui y sont associées. Il s’agit d’une mesure de prévention insuffisamment connue. Qui plus est, encore trop de Canadiens et de Canadiennes ne sont pas suffisamment renseignés au sujet de cette infection. 

Connaissez-vous réellement le VPH? Voici quelques informations importantes à retenir sur ce virus.

C’est une infection transmise sexuellement   

Le VPH est catégorisé comme une infection transmise sexuellement (ITS). C’est d’ailleurs la plus courante au monde : au Canada, on estime qu’environ trois personnes sexuellement actives sur quatre contracteront au moins une infection au VPH au fil de leur vie. Le VPH compte plus de 200 types de virus, dont 40 affectent la région génitale. Le VPH se transmet par contact sexuel, qu'il y ait pénétration ou non et infecte aussi bien les hommes que les femmes. Et attention : un partenaire stable ne vous protège pas du virus ! Puisque l’infection est souvent asymptomatique, votre partenaire pourrait être infecté depuis des années sans que vous ne le sachiez. 

Même si le VPH est extrêmement commun, peu de femmes en discutent avec leur professionnel de la santé ou leur entourage. Pourtant, des mesures de prévention comme le vaccin GARDASIL®9 sont disponibles. Administré en trois doses, GARDASIL®9 peut aider à prévenir certains cancers et maladies associés au VPH, dont le cancer du col de l’utérus. Parmis les types de VPH contenus dans le vaccin, deux types (les types 6 et 11) causent 90% des verrues génitales et neuf types (les types 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58) sont responsable d’environ 90% des cas de cancers du col de l’utérus. 

Il peut causer le cancer du col de l’utérus  

La plupart des personnes infectées par le VPH parviendront à l'éliminer, mais lorsque le virus ne se résorbe pas de lui-même, des lésions précancéreuses peuvent se développer à travers le temps et évoluer vers un cancer, tel que le cancer du col de l'utérus, de la vulve, du vagin et de l'anus.

Le VPH cause près de 100% des cas de cancer du col utérin qui est le troisième cancer le plus commun chez les Canadiennes âgées de 20 à 40 ans. Les statistiques démontrent qu’environ quatre cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués chaque jour au pays pour un total d’environ 1400 par année.

Vous pouvez agir dès aujourd’hui  

Limiter le nombre de partenaires sexuels, utiliser le condom, cesser de fumer et se faire vacciner sont des mesures qui peuvent aider à prévenir l'infection par le VPH. Le vaccin GARDASIL®9 peut faire une différence en aidant à vous protéger contre certains cancers liés au VPH, en aidant à prévenir le développement de certaines lésions anormales et précancéreuse et en aidant à prévenir l’apparition de verrue génitales. Même si vous avez déjà contracté une infection à l’un des VPH contenu dans le vaccin, le vaccin GARDASIL®9 peut aider à vous protéger contre les infections par les 8 autres types de VPH contenus dans le vaccin. 

Pour prendre les choses en main, prenez le temps de discuter du VPH et du vaccin GARDASIL®9 avec votre professionnel de la santé. Il est primordial que vous explorez toutes les options possibles – après tout, il s’agit de votre santé!

En collaboration avec

Le GARDASIL®9 aide à protéger les femmes âgées de 9 à 45 ans contre les cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve et de l’anus causés par le VPH des types 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58, ainsi que les verrues génitales causées par le VPH des types 6 et 11. Le GARDASIL®9 ne traite pas les infections par le VPH ni le cancer du col de l’utérus, et il peut ne pas apporter de protection complète à toutes les personnes vaccinées. C’est pourquoi les femmes doivent continuer de passer un test de routine pour le dépistage du cancer du col de l’utérus. Le GARDASIL®9 n’est pas recommandé chez les femmes enceintes. Il risque également de provoquer des effets secondaires et des réactions allergiques. 

® Merck Sharp & Dohme Corp. Utilisée sous licence.

© 2021 Merck Canada Inc. Tous droits réservés.

CA-GSL-00335

 
Que vois-je avec Hublo ?
Hublo offre une vitrine sur du contenu promotionnel fait par et pour nos partenaires
Point de contact
Afin d’obtenir des détails supplémentaires au sujet d’Hublo, contactez-nous.