/sports/opinion/columnists
Navigation

Canadien: de belles cartes en main

HKN-HKO-SPO-BOSTON-BRUINS-V-VANCOUVER-CANUCKS
Photo d'archives, AFP La dernière acquisition de Marc Bergevin, Tyler Toffoli, donnera de la latitude à Claude Julien.

Coup d'oeil sur cet article

J’espérais voir un as comme Taylor Hall aboutir à Montréal, mais Marc Bergevin et Claude Julien ont tout de même un beau jeu de cartes en main. 

Bergevin n’a pas réussi à se doter d’un premier trio explosif, mais son équipe a désormais une belle profondeur à toutes les positions. Avec trois bons trios, trois bonnes paires de défenseurs et deux bons gardiens de but, on a là une belle recette qui peut donner des résultats étonnants si la chimie est au rendez-vous et si Carey Price joue comme il en est capable. 

• À lire aussi: Le CH doit s’entendre avec Gallagher

On ne parle pas encore d’une équipe aspirante à la coupe Stanley, mais Julien aura de belles options dans la composition de ses trios et de son attaque massive. Il va pouvoir diriger à son goût.

Il ne faut pas mésestimer la valeur de la compétition à l’interne et les joueurs devront mériter leur temps d’utilisation. 

Quant à Bergevin, non seulement a-t-il amélioré son équipe, mais avec l’ajout des Tyler Toffoli, Josh Anderson, Joel Edmundson et Jake Allen, il a plus de joueurs intéressants dans sa formation. Ça lui donne des munitions pour de futures transactions, sans oublier la progression de jeunes comme Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi, ainsi que l’arrivée d’Alexander Romanov. 

Éviter les distractions

Maintenant, sa priorité est de garder son monde heureux et à mon avis, plus il réglera rapidement les contrats de Brendan Gallagher et de Phillip Danault, mieux ça vaudra. Évidemment, on ne sait toujours pas quand débutera la prochaine saison, mais je peux vous dire par expérience que signer un contrat à la dernière minute représente une distraction pour les joueurs. Il faut éviter ça. 

Gallagher et Danault ont été des joueurs exemplaires à Montréal et j’espère qu’ils recevront des offres en conséquence et que tout se réglera dans l’harmonie. Le contrat de sept ans accordé à Josh Anderson leur donne des arguments de négociation. 

La durée du contrat d’Anderson m’a fait grincer des dents, toutefois. C’est comme si on essayait de justifier la transaction de Max Domi. Ça ressemble au cas de Jonathan Drouin après son acquisition contre Mikhail Sergachev. Dans les deux cas, on a accordé le gros contrat sur des projections plutôt que sur des réalisations. 

Pourquoi pas Hall ? 

La profondeur, c’est bien, et Tyler Toffoli est un bon joueur, mais pour gagner la coupe Stanley, ça prend quelques joueurs exceptionnels et malheureusement, le Canadien a encore une fois raté une belle opportunité d’obtenir les services d’un joueur étoile. Je sais que le marché de joueurs autonomes n’est pas facile, mais à part Alexander Radulov, dont personne ne voulait en 2016, le Tricolore ne réussit jamais à obtenir la perle rare. 

À mon avis, Taylor Hall était à la portée de Bergevin. Ça m’a renversé d’apprendre qu’il avait choisi les Sabres de Buffalo pour une seule saison à 8 M$.  

Si les Sabres l’avaient obtenu à un salaire exorbitant pendant sept ans, je n’aurais rien dit, mais à 9 M$ par saison pour un an ou deux, je crois que Hall aurait sérieusement envisagé de jouer Montréal.  

Le Canadien serait nettement plus dangereux avec Hall dans la formation qu’avec Toffoli et c’est ça qui m’agace, surtout dans le contexte où les deux grands leaders vieillissent, soit Carey Price et Shea Weber. 

Pourquoi ne pas avoir mis le paquet tout de suite ? Oui, l’équipe est meilleure aujourd’hui qu’il y a deux semaines, mais on aurait pu faire un pas de plus, comme les Golden Knights de Vegas l’ont fait avec l’acquisition d’Alex Pietrangelo. Eux, ils veulent la coupe Stanley, et pas dans cinq ans !  

Entrefilets  

Les Québécois ignorés 

Encore une fois, ça me désole de voir que le Canadien n’a pas repêché un seul joueur québécois. Pourtant, c’est l’équipe qui devrait en sélectionner le plus. Ce ne sera plus jamais comme dans les années 1980 ou 1990, mais on dit qu’à talent égal, on va repêcher un Québécois. Je crois plutôt que c’est le contraire depuis l’arrivée de Bob Gainey en 2003. On se dit maintenant qu’un Québécois à Montréal attirera trop l’attention et sera plus une distraction pour l’équipe, tant dans les bons moments que dans les mauvais. C’est vraiment dommage. 

Les Canucks échappent Markstrom 

Il n’y a jamais eu tant de mouvements chez les gardiens et ce qui me surprend le plus, c’est que les Canucks de Vancouver aient laissé partir mon ancien coéquipier Jacob Markstrom. Il a connu une grosse saison à Vancouver et je crois qu’il va leur manquer, malgré l’arrivée de Braden Holtby. Markstrom était le gardien le plus convoité et c’est toute une acquisition pour les Flames de Calgary. Parlant d’ancien coéquipier, je suis très heureux qu’Anton Khudobin demeure à Dallas.  

Statu quo chez les Oilers, l’Avalanche et les Hurricanes 

J’ai de la misère à croire que les Oilers d’Edmonton misent encore sur les gardiens Mikko Koskinen et Mike Smith. Est-ce que le directeur général de l’Avalanche du Colorado, Joe Sakic, croit qu’il va gagner la coupe Stanley avec Philipp Grubauer et Pavel
Francouz ? Il a presque tout pour gagner, mais il y a un doute devant le filet. Pourtant, Sakic sait à quel point un bon gardien est important. Don Waddell compte toujours sur Petr Mrazek et James Reimer en Caroline. Je m’attendais à voir de nouveaux gardiens chez ces formations. 

Au tour de Crawford 

C’est toujours un peu triste de voir des vétérans chevronnés comme les gardiens Henrik Lundqvist, Braden Holtby et Corey Crawford quitter leur formation originale. Les trois ont déménagé dans la même semaine. Lundqvist remplace Holtby à Washington et le directeur général Brian MacLellan peut se féliciter d’avoir un excellent duo de gardiens (Lundqvist et Ilya Samsonov) qui ne lui coûtera que 2, 5 M$. Ça ne sent pas bon chez les Blackhawks de Chicago, qui ont perdu Crawford et l’attaquant Brandon Saad. Les leaders des Blackawks sont encore sous le choc. 

– Propos recueillis par Gilles Moffet