/world/europe
Navigation

Virus: veille de couvre-feu dans les métropoles françaises

Virus: veille de couvre-feu dans les métropoles françaises
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Paris | Une dizaine de grandes villes françaises, dont Paris, vivent vendredi leur dernière soirée de liberté avant l’entrée en vigueur samedi d’un couvre-feu, tandis qu’à Berlin un tribunal a annulé l’obligation imposée aux bars et restaurants de la capitale allemande de fermer tous les jours entre 23H00 et O6H00. 

• À lire aussi: COVID-19: couvre-feu nocturne dans plusieurs villes de France dès samedi

Signe que la pandémie de coronavirus a poursuivi son accélération cette semaine, plus de 400 000 nouveaux cas de contaminations par la COVID-19 ont été annoncés dans le monde sur la seule journée de jeudi, un record, selon le comptage réalisé vendredi par l’AFP à partir des bilans fournis par les autorités de santé.

L’Italie a ainsi enregistré vendredi 10 010 nouveaux cas, le chiffre le plus haut jamais atteint en 24 heures par ce pays.

  • La journaliste Rachel Binhas était à l’émission de Richard Martineau sur QUB radio:    

En Allemagne, le tribunal berlinois avait été saisi en référé par onze restaurateurs et exploitants de bars de la capitale qui jugeaient disproportionnées ces restrictions nocturnes, imposées depuis le 10 octobre. Cette décision peut encore faire l’objet d’un appel.

En France, Paris, ainsi que huit autres métropoles, dont Lyon et Marseille, soit un total de vingt millions de Français, seront soumis à partir de samedi à un couvre-feu nocturne entre 21H00 et 06H00.

« À 21H00, chacun devra être chez soi », a détaillé jeudi le premier ministre Jean Castex, « tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés ».

Le premier ministre français a annoncé aussi que “toutes les fêtes privées” se tenant “dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites” sur l’ensemble du territoire, et que tous les restaurants de France devront appliquer un protocole sanitaire renforcé.

Ces nouvelles mesures affectent les restaurateurs, mais aussi les étudiants. Agathe, inscrite en première année de droit à Montpellier (sud), s’attend à « l’annulation de toutes (s)es soirées de babysitting ». « Ça sera autant d’argent en moins pour moi, j’espère que ça ne va pas durer ».

1,1 million de décès

Plus de 1,1 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 15H00 GMT.

Quelque 38,99 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont plus de 26,6 millions ont été guéris.

En Irlande, les citoyens n’auront plus le droit de se rendre les uns chez les autres, et les régions frontalières avec l’Irlande du Nord vont être soumises à de nouvelles restrictions drastiques.

L’Irlande, où la mesure entre en application ce vendredi, rejoint ainsi le Royaume-Uni, qui a pris des mesures similaires à Londres et dans plusieurs autres zones d’Angleterre, symbole d’un nouveau tour de vis un peu partout en Europe, confrontée à une évolution de la pandémie jugée « très préoccupante » par l’Organisation mondiale de la santé.

Le virus continue de perturber la vie politique, provoquant le départ de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et de la cheffe du gouvernement finlandais, Sanna Marin, d’un sommet à peine entamé à Bruxelles pour se mettre en quarantaine après avoir été en contact avec des personnes testées positives à la COVID-19.

La nouvelle carte sur les restrictions de voyage publiée jeudi par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a placé d’ailleurs plus de la moitié des pays de l’Union européenne et le Royaume-Uni en rouge.

Seules la Norvège, la Finlande et la Grèce sont majoritairement en vert alors que cinq pays (Italie, Chypre, Estonie, Lituanie, Lettonie) sont principalement orange.

En Argentine, la barre des 25 000 morts a été franchie jeudi, pour près de 950 000 contaminations, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé. Selon les statistiques de l’AFP, l’Argentine se situe au cinquième rang mondial en nombre de cas et au douzième en nombre de décès.

Maladies chroniques

Aux États-Unis, c’est la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris qui a dû suspendre ses déplacements jusqu’à dimanche, en raison de cas de COVID-19 dans son entourage. Testée deux fois, Mme Harris serait cependant négative, selon son équipe de campagne.

La nouvelle dégradation de la situation aux États-Unis et en Europe ainsi que l’absence d’accord sur un plan de relance dans la première économie mondiale inquiètent les marchés financiers, des deux côtés de l’Atlantique.

Pour la revue médicale britannique The Lancet, la hausse mondiale continue ces 30 dernières années des maladies chroniques et de leurs facteurs de risques, dont l’obésité, l’hyperglycémie et la pollution atmosphérique, a créé les conditions d’une « tempête », aggravant le bilan de la COVID-19.