/finance/news
Navigation

Quoi faire avec un très conséquent surplus d’argent en pleine pandémie?

AdobeStock_348196246 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie n’a pas eu que des effets négatifs et certaines personnes ont même vu leurs finances personnelles s’améliorer. C’est le cas de Julie et Christophe, qui se sont retrouvés avec un confortable surplus de 11 000 $. Ils s’interrogent sur la meilleure façon de les utiliser.

On peut se demander comment le couple a réussi à amasser une telle somme. Tout d’abord, Julie et Christophe ont conservé leur emploi. De plus, en avril dernier, ils ont obtenu plusieurs reports de paiements pour leur hypothèque, leur prêt-auto et leurs dettes personnelles. Cela représente une économie mensuelle de 2300 $ pendant six mois, et aujourd’hui, ils disposent d’un pécule de 11 000 $.

Un montant qu’ils voudraient utiliser de la façon la plus judicieuse. Pour obtenir des conseils à ce sujet, ils ont contacté la ligne Info-finances sans frais du bureau Jean Fortin et Associés.

Pourquoi on a économisé plus ?

Cette situation est nouvelle pour le couple, mais leur cas n’est pas unique, mentionne Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité et président de Jean Fortin et Associés. 

« En effet, selon l’Institut de la statistique du Québec, on a enregistré d’avril à juin 2020 le plus fort taux d’épargne depuis au moins 40 ans. Globalement, les Québécois ont réussi à économiser environ 35 % de leurs revenus nets alors que nous étions en pleine crise », explique-t-il.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation. Tout d’abord, la pandémie n’a pas affecté tout le monde de la même façon. Alors que certains perdaient leur emploi ou voyaient leur horaire de travail réduit, d’autres ont pu le conserver et parfois même faire des heures supplémentaires. Par ailleurs, la Prestation canadienne d’urgence de 2000 $ par mois a permis à plusieurs d’améliorer leurs revenus.

Certaines catégories de dépenses ont aussi radicalement diminué : par exemple, celles qui ont trait aux voyages, aux sorties, aux repas au restaurant, etc. 

« De plus, quand on a peur de l’avenir et qu’il y a beaucoup d’incertitude, on met un frein aux grosses dépenses, à tout le moins temporairement », remarque Pierre Fortin.

Il y a également tous ceux qui, comme Julie et Christophe, ont bénéficié d’un moratoire de paiement de six mois accordé par les institutions financières et les gouvernements. Prêt étudiant, prêt hypothécaire, prêt auto, paiement de cartes de crédit... Au bout du compte, cela a généré des surplus.

Comment maximiser son épargne ?

Le couple se demande de quelle façon il peut optimiser son épargne et utiliser ce montant de la meilleure façon possible. Est-il préférable de placer leur argent dans un CELI, un REER ou de rembourser leurs dettes ? 

« Julie et Christophe doivent avant tout se débarrasser de leurs dettes. Il faut se rappeler qu’un solde de 5000 $ sur une carte de crédit coûte 80 $ par mois en frais d’intérêt, alors que la même somme investie dans un placement garanti ne rapportera qu’un maigre 3 $ par mois. Une fois qu’ils auront payé leurs coûteuses dettes, alors ils pourront penser à épargner », conseille Pierre Fortin.

Il ajoute que la vraie valeur de l’épargne ne se situe pas tant au niveau des rendements, mais qu’elle se calcule plutôt en paix de l’esprit. Ainsi, en disposant d’un coussin de sécurité, on se met à l’abri des imprévus tout en s’accordant une certaine liberté. On améliore notre dossier de crédit et on se donne du même coup la possibilité de faire des économies, car un bien de consommation payé comptant coûtera beaucoup moins cher que si vous l’achetiez à crédit, à cause des taux d’intérêt. 

Conseils

  • Économiser est moins gratifiant que dépenser. Et lorsqu’on a 30 ans, la retraite semble encore bien loin ! Pour vous faciliter la tâche et vous inciter à épargner, fixez-vous des objectifs à court, moyen et long terme. C’est plus stimulant quand le but à atteindre semble accessible.
  • N’attendez pas la fin du mois pour mettre de l’argent de côté. « L’épargne devrait être la première ligne de dépenses de votre budget. Idéalement, on économise systématiquement de 5 à 10 % sur chaque paye, que l’on dépose sur un autre compte par prélèvement automatique », recommande Pierre Fortin.
  • Rappelez-vous : on n’a jamais trop d’épargne ! De plus, ne faites pas une fixation sur les rendements. En ces temps incertains, l’essentiel est de pouvoir disposer d’un fonds de sécurité pour pallier les imprévus.