/sports
Navigation

«Une bouffée d’oxygène»

Le directeur général de Sports Québec apprécie le soutien du gouvernement québécois

1e match de soccer
Photo d’archives, Chantal Poirier Le soccer mineur profitera de l’aide gouvernementale.

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce du gouvernement québécois d’une aide de 70 millions $ a été accueillie avec joie par les différents organismes du milieu sportif.

« C’est vraiment une bouffée d’oxygène pour le sport organisé, a illustré le directeur général de Sports Québec, Alain Deschamps. Cette aide arrive à point. Il y a une belle ventilation des aides. Ces sommes vont aider à assurer la pérennité du sport organisé et à envisager une relance prochaine. On va être correct pour un petit bout, mais nous serons dans une fâcheuse position si on se retrouve au même point dans un an.

« L’angle mort de cette annonce est qu’aucune somme n’est dirigée directement vers les associations sportives ou les clubs, de poursuivre Deschamps. L’objectif sous-jacent est que les organismes provinciaux puissent à leur tour aider leurs associations et leurs clubs, mais pour être réaliste, ce ne seront que quelques fédérations qui pourront y arriver. Les autres n’auront d’autre choix que d’utiliser ces sommes pour leur survie immédiate. »

Résilience et créativité

Paul Ménard se réjouit de l’annonce de la ministre Isabelle Charest.

« Je suis bien heureux pour les gens sur le terrain, a indiqué le directeur général de Hockey Québec. On veut les aider. J’ai aussi aimé que Mme Charest souligne la résilience et la créativité de notre monde lors de son point de presse. Nos gens travaillent tellement fort afin de garder le hockey en vie. La ministre a aussi mentionné que le sport était une priorité. On souhaite un retour sur la glace le plus rapidement possible. Dans notre phase 3 du plan de relance, on travaille les habiletés individuelles à l’entraînement, ce qu’on pourrait facilement faire actuellement. »

Hockey Québec a subi une diminution de 30 % de ses inscriptions comparativement à la même date l’an dernier. Les inscriptions ont chuté de 90 000 à 60 000 membres.

« La fédération n’est absolument pas en danger cette année, mais les réserves ça se mange, a résumé Ménard. Les tournois représentent un revenu aussi important que les inscriptions. Nous avons des tournois annulés chaque semaine. Nous sommes loin de la phase 6, qui prévoit le retour des tournois. On ne veut vraiment pas augmenter les coûts d’inscription. On vise actuellement un déficit de 500 000 $ alors que les projections étaient de 1,4 million $ au printemps. »

Le monde du soccer soulagé

Mathieu Chamberland accueille favorablement lui aussi l’aide gouvernementale. 

« Nous sommes bien contents de ce coup de pouce parce que le système avait un réel besoin, a indiqué le directeur général de Soccer Québec. La location des stades intérieurs représente des coûts importants et il y a beaucoup de stress sur les clubs et leur capacité de retenir les ressources humaines. On espère pouvoir alléger leur stress. On va mettre l’argent où les besoins sont les plus grands. »

Pendant la période estivale, le nombre des membres de Soccer Québec est passé de 170 000 à 105 000. 

Les 65 fédérations et les organismes nationaux se partageront 28 des 70 millions $ au prorata du nombre de leurs membres en fonction des critères des programmes déjà en place. Le financement des fédérations est augmenté de 60 %. 

« C’était nécessaire comme aide et je suis content, a indiqué Enrico Ciccone, député libéral de Marquette et porte-parole de l’opposition officielle en sports, loisirs et saines habitudes de vie. J’aurais aimé qu’il y ait un plus grand travail en amont, mais ce n’est pas évident d’aller chercher des nouvelles sommes au Conseil du trésor. »