/news/cannabis
Navigation

Augmenter les points d’accès au cannabis médical

Rolled joint cannabis weed in hand of man Cones bud of marijuana flowers cannabis in hand of man black background
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Des consommateurs de cannabis médical sont poussés à s’auto-médicamenter dans le marché non réglementé sans le soutien d’un professionnel de la santé, selon un sondage qui révèle des failles dans le régime de consommation du cannabis médical.  

L’accès au cannabis à des fins médicales ou récréatives est légal au Canada, pour peu que le patient détienne un document fourni par un professionnel de la santé. 

Les résultats du sondage chez les patients de cannabis médical mené par Cannabis médical Canada (CMC) montrent que seulement 37 % des sondés affirment détenir un document médical. 

Une situation préoccupante pour l’organisme, puisque les patients qui n’ont pas ce sésame bénéficient beaucoup moins du soutien des professionnels de la santé et recourent au marché noir du cannabis. 

Environ 83 % ont éprouvé un sentiment de stigmatisation de la part des professionnels de la santé relativement à la consommation de cannabis à des fins médicales et 57 % ont eu de la difficulté à trouver un professionnel de la santé pour obtenir un document médical, selon l’organisme fédéral. 

De plus, 60 % affirment devoir s'approvisionner sur le marché non réglementé parce que le marché réglementé leur pose trop d'obstacles, que ce soit en matière de coûts ou de difficulté d'obtenir un document médical.

Le coût demeure le principal obstacle pour lequel les patients délaissent le réseau du cannabis médical pour se tourner vers d’autres ressources informelles auxquelles recourt un patient sur trois. 

«Les Canadiens doivent absolument pouvoir bénéficier du soutien d'un professionnel de la santé afin d'assurer leur propre sécurité de même que l'efficacité de leur traitement», a indiqué par communiqué Max Monahan-Ellison du CMC, jeudi. 

M. Monahan-Ellison recommande de revoir la politique des prix et d’augmenter les points d’accès au marché du cannabis médical.