/sports/hockey/canadien
Navigation

Danault veut négocier avant le camp

Danault veut négocier avant le camp
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin ne discute pas des négociations contractuelles sur la place publique. Fidèle à lui-même, le directeur général du Canadien de Montréal n’a pas fait exception à la règle, jeudi, dans une visioconférence où il paraissait parfois émotif.

• À lire aussi: Bergevin et Danault: une longue histoire

• À lire aussi: Dans le cœur du DG

Et lorsque les journalistes lui ont demandé si Phillip Danault sera le prochain membre du Bleu-Blanc-Rouge à apposer sa signature au bas d'un nouveau pacte, le DG a tergiversé.

  • Écoutez l'entrevue de l'ancien gardien de la LNH et agent de joueurs Stéphane Fiset avec Jean-François Baril dans l'Avantage Numériq sur QUB Radio:

«C’est certain que Phillip est un bon joueur pour nous, a-t-il d’abord reconnu. On va voir ce qui va se passer la saison prochaine.»

«On a aussi de la profondeur. On a repêché un Ryan Poehling, qui est un joueur de centre, un Jake Evans [...]. À la fin de la journée, de ce côté, je pense qu’on sera en bonne position. On est fiers, on est contents, et on va voir ce que l’avenir va nous apporter.»

«Mais on a des décisions à prendre à tous les niveaux.»

Une source de préoccupation

Fort occupé et productif depuis le début de l’automne, Bergevin a aussi répondu que son prochain objectif est de «prendre des vacances». On peut le comprendre, mais celles-ci ne seront pas de tout repos : le dossier de Danault demeure une source de préoccupation, car le joueur, lui, souhaite régler sa situation contractuelle avant le début de la prochaine saison.

C’est ce que son agent a déclaré au TVASports.ca dans un échange de courriels.

«Ce serait la préférence de Phillip de négocier un contrat à ce moment-ci avec le Canadien. Nous faisons des efforts à cet égard», a indiqué Don Meehan.

Sur les ondes de TVA Sports, jeudi, l’animateur Jean-Charles Lajoie avançait qu’il n’y a pas de négociations entre Bergevin et le camp Danault à l’heure actuelle : «ce n'est pas dans les plans d'en avoir à court terme, voire à moyen terme», rapportait-il.

Délai «incertain»

Il faut effectivement comprendre que le représentant du joueur et l’organisation montréalaise ont, en date d’aujourd’hui, interrompu les pourparlers pour des raisons qui laissent place à tous les scénarios possibles.

«Nous avons eu des discussions avec Marc Bergevin et John Sedgwick au sujet de la situation contractuelle de Phillip, a raconté Meehan, qui a parlé d’incertitude quant à une date butoir pour conclure une entente. Le délai est incertain. Nous continuerons d'y travailler.»

Sedgwick, vice-président des opérations hockey et affaires juridiques, est le bras droit de Bergevin en matière de contrats. Le Torontois est aussi un spécialiste en ce qui a trait à la masse salariale.

Combien vaut Phillip Danault? Il y a deux réponses à cette question : celle de la direction et celle du joueur de centre, qui a dit vouloir jouer un rôle plus offensif que celui que celui confié lors des récentes séries.

Son contrat de trois ans et 9,25 millions $ viendra à échéance en 2021, tout comme les ententes de Tomas Tatar, Joel Armia, Artturi Lehkonen, Jesperi Kotkaniemi et du défenseur Victor Mete, les trois derniers pouvant devenir joueurs autonomes avec compensation à la fin de la campagne.

Gallagher sympathise

Auteur de 47 points en 71 matchs la saison dernière, Danault aurait intérêt à écouter le témoignage de Brendan Gallagher, qui vient lui-même de passer à travers une période angoissante.

«Je viens de passer par là et je sais à quel point c'est difficile, a-t-il admis via Zoom. Le travail que mes agents ont fait, avec (Bergevin et Sedgwick) pour faire avancer les choses, ça prend du temps et c’est un travail acharné.»

«Je suis conscient que Phil traverse la même chose. Et "Berg" a eu un été très chargé...»