/finance/business
Navigation

Le gendarme boursier américain ouvre une enquête sur Loop

L’entreprise est dans la tourmente à cause d’un rapport sur ses activités

loop industries
Photo tirée du site web de Loop Industries Les locaux de Loop Industries, à Terrebonne, où travaillent une cinquantaine de personnes.

Coup d'oeil sur cet article

La Securities and Exchange Commission (SEC) ouvre une enquête sur Loop Industries de Terrebonne à la suite d’un rapport accablant sur l’efficacité réelle de sa technologie de recyclage de plastique.

• À lire aussi: Rapport accablant pour une entreprise d’ici

• À lire aussi: Une enquête interne du géant Danone sur Loop Industries

L’entreprise québécoise a révélé vendredi en fin de journée avoir reçu un subpoena de la SEC le 15 octobre, soit jeudi dernier, pour qu’elle lui fournisse des renseignements sur ses activités.

Les informations demandées par la SEC incluent les tests, les résultats de tests et les détails de résultats des technologies de première et de deuxième générations de Loop.

Des renseignements sont aussi demandés par la SEC au sujet des partenariats et des ententes conclus par Loop, indique l’entreprise dans un document déposé auprès des autorités réglementaires aux États-Unis.

« La SEC a informé la compagnie que son enquête ne veut pas dire que la SEC a conclu que quiconque a violé la loi et que l’enquête ne veut pas dire que la SEC a une opinion négative de la compagnie », précise l’entreprise.

L’action chute

Le PDG de Loop Canada, Daniel Solomita, lors d’une entrevue avec TVA Nouvelles.
Capture d'écran TVA Nouvelles
Le PDG de Loop Canada, Daniel Solomita, lors d’une entrevue avec TVA Nouvelles.

Le titre de Loop chutait de plus de 6 % vendredi, une heure après la clôture des marchés.

La valeur de l’action de l’entreprise, cotée à la Bourse du Nasdaq à New York, s’était déjà effondrée de 35 % cette semaine. Loop a déjà eu une capitalisation boursière dépassant le demi-milliard de dollars.

Loop fait aussi état, dans le document soumis aux autorités américaines, de recours collectifs déposés contre elle aux États-Unis et au Canada au cours de la semaine.

Les allégations dans ces recours suggèrent que l’entreprise aurait fait des déclarations trompeuses sur ses produits et aurait omis de divulguer des faits négatifs pouvant matériellement affecter sa valeur, selon l’entreprise.

Rappelons que la firme de Terrebonne est dans la tourmente depuis la publication mardi d’un rapport de la firme Hindenburg Research. 

Le rapport détaillé sur Loop est basé sur des entrevues avec d’ex-employés, des partenaires d’affaires et des experts ainsi que sur des documents de l’entreprise.

Rapport dévastateur

« Loop Industries n’a jamais généré de revenus, mais se présente comme un innovateur technologique ayant une solution “éprouvée” qui “mène la révolution du plastique durable”. Notre recherche indique que Loop n’est qu’un écran de fumée sans technologie viable », affirme le rapport.

Loop se targue d’avoir conclu des partenariats avec d’importantes multinationales.

Or, vendredi, Le Journal a révélé que la multinationale alimentaire Danone a déclenché une enquête interne afin de faire la lumière sur les activités qui la lient à Loop Industries de Terrebonne.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) québécoise a aussi indiqué, jeudi, qu’elle allait faire des vérifications.