/finance
Navigation

Ottawa s’égare en misant sur l’Ontario

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Karl Péladeau estime qu’Ottawa fait fausse route en misant des centaines de millions de dollars en Ontario plutôt qu’au Québec. 

Que pensez-vous du fait qu’Ottawa vient d’injecter 295 millions de dollars dans l’usine ontarienne de voitures électriques de Ford à Oakville ?

On finance l’industrie automobile ontarienne et on ne finance pas l’économie de l’avenir de la mobilité électrique ici, au Québec, alors que ce sont les Québécois et les Québécoises qui ont été les avant-gardistes. [...] C’est une tendance lourde. Une fois de plus, les Québécois sont en avance. Or, le gouvernement fédéral ignore cette expertise et cette volonté de s’engager.

Croyez-vous que le Québec saura tirer son épingle du jeu ?

Est-ce que le gouvernement du Québec aura le courage, la vision, l’expertise et le talent, qui a été celui de René Lévesque et de Jacques Parizeau ? Ces personnages-là se sont investis de façon significative dans le développement économique et hydroélectrique du Québec. M. Lévesque a nationalisé l’activité et en a fait une richesse nationale, une fierté nationale. Pendant ce temps à Ottawa, on prend notre argent pour l’investir dans une usine de Ford à Oakville.

Comment voyez-vous les ambitions de Québec avec la filière lithium ?

C’est bien faire des annonces. On connaît tous les effets de toge des politiciens, mais ce n’est pas cela qui fait une politique. Ce n’est pas parce que l’on a un ministre qui fait des sparages que l’on va avoir une véritable politique. Je comprends qu’il est très intéressé à faire des dirigeables, mais est-ce que l’on est un peu trop partout ? J’ai encore la transaction du Cirque du Soleil en tête. Comment peut-on s’engager à encourager une entreprise américaine multimilliardaire ?