/finance/business
Navigation

Une enquête interne du géant Danone sur Loop Industries

L’entreprise française avait conclu une entente avec la société de Terrebonne

loop industries
Photo tirée du site web de Loop Industries La valeur du titre de l’entreprise québécoise a chuté de plus de 34 % au Nasdaq de New York depuis la publication d’un rapport accablant à son sujet.

Coup d'oeil sur cet article

La multinationale alimentaire Danone annonce le déclenchement d’une enquête interne afin de faire la lumière sur les activités qui la lient à Loop Industries de Terrebonne, visée mardi par un rapport dévastateur d’Hindenburg Research.

• À lire aussi: Loop Industries: rapport accablant pour une entreprise d’ici

« Nous prenons note des résultats du rapport de Hindenburg Research et nous procéderons à une enquête interne ainsi qu’aux vérifications nécessaires », a fait savoir la multinationale française hier, dans le cadre d’une déclaration écrite en réponse à nos questions de la veille.

« Écran de fumée »

Mardi, l’américaine Hindenburg Research a rendu public un rapport accablant sur la québécoise Loop Industries, en s’appuyant sur des documents de l’entreprise, de même que sur une série d’entrevues avec d’ex-employés, des partenaires d’affaires et des experts de l’industrie.

Le grand patron de Loop Industries, Daniel Solomita, dans l’usine de l’entreprise, à Terrebonne.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Le grand patron de Loop Industries, Daniel Solomita, dans l’usine de l’entreprise, à Terrebonne.

« Loop Industries n’a jamais généré de revenus, mais se présente comme un innovateur technologique ayant une solution “éprouvée” qui “mène la révolution du plastique durable”. Notre recherche, affirme Hindenburg, indique que Loop n’est qu’un écran de fumée sans technologie viable. »

En outre, les auteurs prédisent aussi que la valeur de Loop tombera à zéro lorsque l’encaisse de l’entreprise – 48 millions $ US – sera épuisée. Ce qui suffit à provoquer la chute de Loop au Nasdaq, sans qu’elle parvienne véritablement à se relever depuis.

Partenariat avec Danone

Comme elle l’a fait avec plusieurs autres grandes entreprises ces dernières années (PepsiCo, L’Oréal, Coca-Cola, etc.), Loop Industries s’était vanté d’avoir conclu une entente de partenariat avec Danone.  

Chose que confirme le géant de l’alimentation : « Danone a conclu des partenariats avec plusieurs fournisseurs de matériaux recyclés, dont Loop Industries, afin d’explorer des solutions permettant à Danone de réaliser son objectif 2025 sur les emballages recyclés. »

Toujours par écrit, l’entreprise ajoute sans détails, avoir lancé « une petite production pilote de bouteilles recyclées avec du plastique fourni par Loop Industries », afin d’explorer la faisabilité technique de l’utilisation de son plastique.

Enfin, informée des résultats de l’enquête d’Hindenburg, Danone conclut en affirmant avoir l’intention de déclencher « une enquête interne » et de procéder « aux vérifications nécessaires ».


Le titre de Loop Industries a clôturé hier à 7,63 $ US au Nasdaq, la Bourse technologique newyorkaise, en hausse de 1,06 % par rapport à la veille. Depuis mardi, la valeur de l’action de l’entreprise québécoise a chuté de 34,2 %.

L’AMF se penchera sur Loop Industries  

Demeurée muette jusque-là, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a finalement indiqué hier qu’elle entendait se pencher sur Loop Industries, tout en évitant par contre de s’engager à faire enquête.

Peu après 15 h, son porte-parole Sylvain Théberge nous a envoyé la déclaration suivante : « L’AMF entend se pencher sur les informations qui ont circulé ces dernières heures à l’égard de Loop Industries. Nous ne ferons aucun autre commentaire. »

Hindenburg Research a indiqué mardi avoir soumis son rapport à la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. 

Jointe par Le Journal mercredi, la porte-parole Judith Burns n’a pas voulu préciser si la SEC avait ouvert ou non une enquête sur Loop. 

–Avec Sylvain Larocque