/sports/racing
Navigation

«Une victoire ne nuit pas...»

Raphaël Lessard confiant de poursuivre son aventure avec Kyle Busch en 2021

Raphael Lessard
Photo courtoisie, Écurie Kyle Busch Motorsports Raphaël Lessard (au centre) et ses équipiers ont posé devant les ateliers de l’écurie Kyle Busch Motorsports, au lendemain de la victoire historique du jeune pilote québécois au mythique circuit de Talladega le 3 octobre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Raphaël Lessard annonçait en grande pompe, le 15 novembre 2019, qu’il avait conclu une entente pour courir à temps plein dans la série des camionnettes NASCAR au sein de la réputée écurie Kyle Busch Motorsports (KBM).

Or, presque un an plus tard et malgré sa brillante victoire à Talledega il y a deux semaines, le jeune pilote québécois n’est pas encore fixé sur son avenir. Lessard souhaite évidemment poursuivre son association avec KBM, en sachant fort bien qu’en course automobile, le talent ne suffit malheureusement pas. L’argent est le nerf de la guerre.

« Il y a beaucoup de choses qui bougent », a indiqué Lessard, en entrevue téléphonique avec Le Journal. « Rien n’est réglé pour l’instant, mais mon but ultime, c’est de revenir à temps plein avec KBM. » 

« Ça va notamment dépendre, avance-t-il, de la décision de Toyota [et de sa filiale TRD]. Je sais que ses dirigeants veulent me garder, mais il est encore trop tôt pour confirmer ma place l’an prochain. Une victoire comme celle à Talladega ne nuit pas, poursuit-il. Ma valeur est à la hausse. »

Une période cruciale

L’aventure de Lessard est une question de gros sous. Selon nos informations, sur les quelque 3,2 millions de dollars américains qu’exige KBM pour un volant « clé en main », Toyota assume environ le tiers de la facture. Cet appui est essentiel.

Le reste du financement provient essentiellement de commanditaires québécois et surtout d’investisseurs privés, qui proviennent de la région de Québec et de la Beauce, d’où Lessard est originaire.

Ces gens d’affaires ont non seulement en commun le fait d’avoir réussi dans leur vie professionnelle, mais aussi d’être des amateurs de courses automobiles. Or, dans le contexte particulier de pandémie, tout est remis en question.

Ces passionnés n’hésitent pas à se déplacer pour aller encourager leur jeune protégé. Ils s’y regroupent pour y passer du bon temps ensemble sur les circuits et même pour partager des repas avec Lessard et ses parents. Mais, depuis mars, la COVID-19 les empêche d’établir ce contact privilégié.

Discussions préliminaires

« Vous avez raison de dire qu’à cette période-ci de l’année, on entreprend le sprint final des négociations », d’affirmer Alan Labrosse, un proche conseiller de Lessard. « Mais tout est chambardé en raison de la pandémie. Je vous dirais que nos discussions ne sont qu’à un stade préliminaire. Son agent aux États-Unis, Chris Biby, est aussi affairé au dossier. »

« Il faut d’abord attendre la décision de Toyota et l’évaluation de ses dirigeants à l’endroit de Raphaël, de renchérir Labrosse. Je sais qu’ils ont une très bonne opinion de lui. Nos pourparlers sont cependant limités. C’est sur place qu’on rencontre les gens, mais on ne va pas aux courses actuellement. Les rencontres virtuelles ne sont pas la solution idéale. »

« Ces investisseurs l’appuient, de souligner Labrosse, non seulement parce qu’ils affectionnent le kid, mais aussi en raison de leur amour du sport. Autre aspect à considérer, la pandémie n’a pas eu les mêmes effets sur leur entreprise respective. Chacun devra évaluer la situation et prendre les décisions qui s’imposent pour la saison 2021. »

Une chose est certaine, l’écurie KBM tient à confier l’un de ses volants à Lessard l’an prochain. Par contre, si cette organisation est très sévère dans son choix de pilotes, il ne faut pas s’attendre à des cadeaux de sa part. D’autant plus que d’autres jeunes pilotes prometteurs, qui jouissent de fortunes familiales colossales, sont prêts à prendre la relève à tout moment.

Il faut maintenant espérer que la situation se rétablisse le plus rapidement possible et que d’autres parraineurs, au besoin, se manifestent pour assurer l’avenir de l’un des pilotes les plus doués de sa génération. Il mérite sa place.

Un 25e départ

Lessard en sera, samedi après-midi, à son 25e départ dans la série des camionnettes NASCAR et à un premier depuis son parcours victorieux à Talladega il y a deux semaines.

Le pilote de 19 ans, qui s’élancera de la dixième position sur la grille de départ, ne sera pas en terrain inconnu au Kansas, puisqu’il y a couru à deux reprises plus tôt cette saison. Il s’était classé aux 16e et 11e rangs les 24 et 25 juillet respectivement.

« On va se présenter au Kansas avec des réglages complètement différents, avance Lessard. On espère que ces changements vont porter leurs fruits. Lors de nos deux dernières présences sur cette piste, l’adhérence n’était pas optimale. Le temps frais annoncé pour samedi pourrait nous faciliter la tâche. »