/misc
Navigation

Marc Bergevin: déjà le DG de l’année!

SPO-REPECHAGES-LNH
Capture d'écran, TVA Sports Marc Bergevin a gagné ses lettres de noblesse au cours des dernières semaines.

Coup d'oeil sur cet article

Je ne sais pas ce que Marc Bergevin a ajouté à son tableau de chasse au moment ou vous lisez ses lignes. Peut-être a-t-il fait signer un autre joueur autonome ou acquis Patrik Laine des Jets de Winnipeg ? Peut-être a-t-il trouvé le protocole de vaccin contre la COVID ou encore carrément changé l’eau en vin ? Chose certaine, au moment d’écrire ces lignes, le patron hockey du Canadien détient déjà une sérieuse option sur le titre de directeur général de l’année dans la ligue nationale. 

Est-ce que Bergevin a trouvé le temps de faire quelques dumbbells depuis l’élimination de son équipe ? J’en doute...

Audacieusement endossé par son patron Geoff Molson qui a approuvé depuis un mois des engagements financiers de plus de 139 millions, le CH est un rayon de soleil qui perce les nuages qui planent au-dessus de la LNH. 

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Audacieux

Partout, les propriétaires sont nerveux et frileux. Pas Geoff Molson qui a compris que seul un club compétitif et excitant pourra combler les nombreux sièges du Centre Bell lors de la reprise post-COVID.

Bergevin capitalise sur l’hésitation de ses adversaires, et le Canadien, à défaut d’être un aspirant à remporter la prochaine Coupe Stanley, est à l’évidence l’équipe la plus améliorée à ce jour dans l’association de l’Est. 

Jake Allen offrira 25 bons départs devant le filet, de quoi ménager Carey Price pour la vraie saison. Joel Edmundson est un élément stabilisateur d’une défense trop souvent approximative dans sa mission première : protéger son territoire.

Josh Anderson attaquera le filet adverse avec l’écume aux lèvres. Comme Brendan Gallagher, mais avec un physique plus approprié pour l’emploi. On ne molestera plus les talents du CH sans en payer un fort prix.

Le flair offensif de Tyler Toffoli, qui a choisi le Canadien, risque fort de ramener l’équipe dans le top 15 de la LNH en avantage numérique. Si ça avait été le cas la saison dernière, le CH aurait assuré sa place en séries de lui-même et non « grâce » à la pandémie. J’aime l’idée que Nick Suzuki repère Toffoli comme Elias Pettersson l’a habilement alimenté à Vancouver en fin de saison. 

Les 6,5 M$ consentis annuellement à Brendan Gallagher sont épeurants. Mais le pacte s’arrête à six saisons. 

Bonne recette

Le Lightning et les Leafs demeurent des équipes plus talentueuses que le Canadien. Mais la recette que concocte Marc Bergevin fait du CH un club désormais très difficile à affronter. Si l’esprit de corps se développe entre le groupe actuel de leaders et les nouveaux venus, Montréal va de nouveau vivre au rythme de la Sainte-Flanelle.

Toute la pression est maintenant sur Claude Julien. Le coach n’a plus le choix, il doit permettre le spectacle... et gagner ! 

Coup de cœur  

Pour une deuxième semaine de suite, Marc Bergevin ! C’était déjà formidable, voilà qu’il s’assure que Brendan Gallagher sera mentalement à point dès le début du prochain camp d’entraînement. Laisser le diminutif numéro 11 disputer la dernière année de son contrat avec des Toffoli et Anderson pleins aux as à ses côtés eût été hasardeux. Le DG a tenu parole et il a réglé le dossier. 

Coup de gueule  

Kelly McCrimmon, le directeur général des Knights de Vegas. Les infos ont pissé de partout au sujet de la liste affolante de joueurs qui ont été offerts aux autres équipes afin de permettre aux Knights de se conformer au plafond salarial. Puis, le papier du collègue Chaumont dans ses pages au sujet de Marc-André Fleury confirme : McCrimmon a peu de considérations pour ses joueurs, ce qui va finir par le rattraper. 

Un p’tit 2 sur...  

L’annulation au moins pour le reste de l’année 2020 du calendrier de la LHJMQ. Gilles Courteau et ses comités ont bien travaillé dans l’espoir de tenir un semblant de saison normale, mais les multiples éclosions exposent le circuit à des réprimandes qui auraient même pu compromettre l’aide de 1 million par équipe que le gouvernement Legault a consentie. Money talk...