/sports/ski
Navigation

Valérie Grenier réussit son retour à la compétition

Valérie Grenier réussit son retour à la compétition
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Grenier affirmait plus tôt cette semaine que se qualifier pour la deuxième descente du slalom géant de Sölden serait un bon début après avoir été à l’écart de la compétition depuis février 2019. Et c’est ce qu’elle a réussi en terminant dans le top 25 à la première Coupe du monde de la saison, samedi en Autriche. 

La skieuse de Mont-Tremblant, qui s’est remise d’une quadruple fracture à la jambe droite, a terminé la compétition au 25e rang, à 6,10 secondes de la première place. Attaquant le parcours le plus difficile du circuit, l’athlète de 23 ans a surmonté sa nervosité et a profité d’excellentes conditions.

«C’est super bon pour moi comme première course de retour, a-t-elle souligné en entrevue à Sportcom. Honnêtement, j’étais pas mal nerveuse. Juste au parcours d’échauffement, ce n’était pas de belles conditions et ça ne m’a pas donné confiance du tout. On aurait dit que mes jambes étaient fatiguées et je me sentais comme si je ne skiais vraiment pas bien. Je commençais à avoir des doutes, mais j’ai essayé de mettre ça de côté et de rester positive, de me dire que ça allait bien se passer.»

Valérie Grenier a expliqué avoir eu de la difficulté dans les premiers virages, mais elle a su s’adapter rapidement. «Dans le pitch, tu ne te sens jamais bien et je m’y attendais un peu. J’ai continué à me battre et ça a bien tourné finalement», a-t-elle affirmé. Elle a dit toutefois avoir été déçue de sa deuxième descente.

«Je me suis ennuyée du rush d’adrénaline en skiant en Coupe du monde et même du stress avant la course. Ça faisait tellement longtemps que j’avais senti ça, a-t-elle ajouté. Et juste de traverser la ligne d’arrivée et de voir un résultat quand même pas pire, c’est vraiment un bon feeling.»

L’Italienne Marta Bassino a remporté la deuxième victoire en Coupe du monde de sa carrière avec un temps cumulatif de 2 minutes et 19,69 secondes. Sa compatriote Federica Brignone (+ 0,14 s) et la Slovaque Petra Vlhova (+ 1,13 s) ont complété le podium.

Ce slalom géant marquait le début d’une nouvelle saison de Coupe du monde de ski alpin, alors que la dernière s’était terminée de façon abrupte en raison de la pandémie de COVID-19. Dans le contexte actuel, aucun spectateur n’avait accès au site.

La Québécoise Marie-Michèle Gagnon n’avait pas prévu initialement commencer sa saison à Sölden, mais elle participait à cette course pour gagner de l’expérience en début de campagne après avoir eu du succès à l’entraînement. La spécialiste des épreuves de vitesse a pris le 55e rang de la première descente.

«Malheureusement, je n’ai pas skié comme je skiais à l’entraînement. J’étais déçue de ne pas me qualifier et de ne pas faire une bonne performance pour moi», a-t-elle dit à propos de cette course «bonus».

«Il y a des avantages d’avoir commencé et de voir comment je vais réagir en situation de course. [...] C’était un mégatest. Mais c’est un mois et demi avant la prochaine compétition et ça ne définit pas la saison du tout, selon mon expérience.»

Valérie Grenier et Marie-Michèle Gagnon se prépareront pour les prochaines épreuves de la saison de Coupe du monde qui sont prévues en novembre.