/finance/business
Navigation

Offre hostile pour l’achat de Cogeco: la famille Audet dit encore non à Altice et Rogers

Louis Audet, président de Gestion Audem
Photo d'archives, AGENCE QMI Louis Audet, président de Gestion Audem

Coup d'oeil sur cet article

Altice USA et Rogers sont revenues à la charge, dimanche, avec une offre hostile de 11,1 G$ pour convaincre la famille Audet de vendre Cogeco, une proposition qui a été refusée sur-le-champ.

• À lire aussi: Cogeco de glace face à la nouvelle proposition de Rogers

• À lire aussi: Offre d’achat non sollicitée: des maires apportent leur soutien à Cogeco

Même si 100 M$ de plus ont été mis sur la table pour cette famille qui contrôle cette entreprise de communications, la réponse a été la même: non.

«Tel que nous l’avons fait le 2 septembre 2020, à la suite de l’annonce de leur première proposition non sollicitée, les membres de la famille Audet rejettent unanimement cette nouvelle proposition. Puisque Rogers et Altice ne semblent pas comprendre, nous réitérons aujourd’hui que ce n’est pas une stratégie de négociation, mais un refus définitif. Nous ne sommes pas intéressés à vendre nos actions», a déclaré par communiqué Louis Audet, président de Gestion Audem, qui rejette ainsi un total de 900 M$ pour lui et sa famille.

L’assentiment des Audet est nécessaire pour que la transaction se réalise puisqu’ils sont l’actionnaire de contrôle de l’entreprise.

Louis Audet a en aussi profité pour lancer une pointe envers Rogers, qui détient déjà 41% et 33% des actions avec droit de vote subalterne de Cogeco et Cogeco Communications et qui voulait ainsi acquérir les actifs canadiens de l’entreprise québécoise avec cette offre.

«Rogers a librement choisi d’accumuler des actions dans les sociétés, en toute connaissance de cause. La famille Audet regrette que la décision d’allocation du capital de Rogers cause une telle angoisse à la famille et au conseil d’administration de Rogers», a précisé le président de Gestion Audem.

Offre améliorée

Dimanche, le tandem Altice USA-Rogers a bonifié de 800 M$ son offre de 10,3 G$ présentée au début septembre.

En vertu de cette proposition qui est valable jusqu’au 18 novembre, les actionnaires recevraient 123$ par action pour celles à droit de vote subalterne de Cogeco (CGO) et 150$ par action pour celles à droit de vote subalterne de Cogeco Communications (CCA).

Altice et Rogers ont fait valoir qu’il s’agit d’un prix supérieur de 50% pour CGO et de 45% pour CCA par rapport au cours moyen pondéré des actions, au mois d’août, en fonction du volume à la Bourse de Toronto.

«Nous sommes heureux de présenter une offre révisée et bonifiée extrêmement attrayante pour Cogeco, qui récompense de manière importante tous les actionnaires et prend en considération les commentaires issus des récentes discussions avec les détenteurs d’actions à droit de vote subalterne», a déclaré Dexter Goei, chef de la direction d’Altice USA, par communiqué.

Louis Audet, président de Gestion Audem
Photo d'archives, AFP

«Nous encourageons les conseils d’administration de Cogeco à agir dans l’intérêt supérieur de tous les actionnaires et de toutes les parties prenantes qui étudient attentivement cette offre et nous demandons respectueusement aux conseils d’administration de discuter avec nous de notre proposition», a-t-il ajouté.

Si cette transaction était devenue réalité, Rogers serait devenu propriétaire des actifs canadiens de la compagnie ayant son siège social à Montréal pour 5,2 G$.

La première offre non sollicitée par le tandem Rogers-Altice USA avait engendré une guerre de mots avec Cogeco, qui avait qualifié de «tactiques de mauvaise foi» les moyens pour mettre la main sur l’entreprise fondée par Henri Audet en 1957 à Trois-Rivières.