/opinion/columnists
Navigation

D’autres solutions au confinement

Coup d'oeil sur cet article

Découragés d’être privés de bon nombre de libertés, on se demande combien de temps il sera possible de tenir le coup avec des mesures de confinement qui vont à l’encontre de tout ce que nous sommes comme êtres humains.

Nul ne sait combien de temps durera la pandémie de COVID-19, mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu cet été qu’il fallait se préparer à une « très longue » séquence.  

Cette semaine, le premier ministre François Legault a parlé de plusieurs mois où il faudrait suivre des consignes.  

En contrepartie, le confinement est loin d’être une panacée, et représente une menace pour l’économie à l’échelle mondiale, en plus de favoriser la pauvreté, comme l’a signalé un expert de l’OMS. 

Solution magique 

Bien sûr, il est tentant de croire à la solution magique qui remplacerait ce confinement qui nous afflige. Certains, comme Donald Trump, déforment la réalité pour essayer d’en tirer profit.  

Sur Twitter, le président américain a en effet faussement affirmé que l’OMS lui avait donné raison, que le confinement tuait des pays, que le remède ne devait pas être pire que le problème lui-même, et que des États comme New York devaient ouvrir.  

Autres mesures 

L’OMS, par l’entremise du docteur David Nabarro, s’est plutôt prononcée sur le fait que le confinement ne devrait pas être la principale mesure et devait s’accompagner d’autres méthodes. Pensons à l’information et la sensibilisation sur les mesures sanitaires, des tests plus performants et accessibles, et du traçage efficace des contacts pour réduire la propagation.  

Au Québec, on fait tout ça, et on peut assurément encore faire mieux. Mais il faut surtout éviter de tomber dans la pensée magique, malgré la frustration et le découragement. On doit se rappeler qu’il n’y a pas de solution miracle, et qu’un jour, on sera récompensés pour tous ces sacrifices.  

Cette liberté, on la retrouvera, et on la savourera encore plus qu’avant.