/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Achalandage anémique pour le dépistage de la COVID au Stade olympique

Achalandage anémique pour le dépistage de la COVID au Stade olympique
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Stade olympique, déjà utilisé lors de la vaccination contre le virus de la H1N1 en 2009, est l’endroit nouvellement désigné pour le dépistage de la COVID-19 dans l’Est de Montréal, mais il n'est pas très occupé pour ses débuts. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Installée dans le garage sous-terrain du Stade, la clinique a été mise en place en prévision de l’hiver et des températures froides. Elle permet aux automobilistes d’attendre dans leur véhicule, mais aussi au personnel de travailler dans des conditions confortables.

Le nouveau centre est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 15 h et sera uniquement accessible en voiture. L’inscription se fait dans le stationnement du Centre Pierre-Charbonneau situé à proximité.

Achalandage anémique pour le dépistage de la COVID au Stade olympique
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Par la suite, les équipes dirigent les citoyens jusqu’aux tentes situées dans le stationnement intérieur, où se déroule l’opération dépistage.

Exploité par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, le centre permet d’effectuer 400 tests par jour. Lundi toutefois, seulement 50 tests ont été effectués.

Achalandage anémique pour le dépistage de la COVID au Stade olympique
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

«On a une diminution de la demande pour une raison qu’on s’explique mal», a indiqué mardi en entrevue à TVA Nouvelles Julie Provencher, la directrice des activités de santé publique du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Achalandage anémique pour le dépistage de la COVID au Stade olympique
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

« Il y a plusieurs hypothèses [...] Possiblement que les gens banalisent leurs symptômes avec l’arrivée de l’automne. Possiblement qu’on a le petit nez qui coule, on a mal à la gorge, on se dit probablement que c’est un rhume...Moi j’encourage la population à venir quand même se faire dépister dès qu’ils sentent qu’ils ont un symptôme quelconque», a-t-elle ajouté.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.