/finance/business
Navigation

Des consultants en TI autistes payés de 90 000 $ à 220 000 $

Ces travailleurs qualifiés sont de plus en plus prisés par nos entreprises

Coup d'oeil sur cet article

Une firme du milliardaire vedette Richard Branson est à la recherche d’une centaine de consultants autistes québécois en technologies de l’information (TI) payés « dans les six chiffres ».

« En entrevue, dire que tu es autiste, c’est une lame à double tranchant. Ça peut aider ou nuire. Avec l’accompagnement d’Auticonsult, c’était dit dès le début, donc ça facilitait les choses. Ça m’a permis de vivre une réussite et d’avoir plus confiance en moi », confie au Journal Marie-Pier Lemay, consultante pour la techno d’intelligence artificielle de santé Myelin.

Fondée en 2011, en Allemagne, par le milliardaire Richard Branson et Felix et Susanne Porsche, la firme de service-conseil Auticonsult recrute des consultants informatiques autistes ou Asperger dotés d’une grande capacité d’analyse et de concentration pour les petites et grandes entreprises.

« On doit trouver le bon milieu. Il y en a qui sont plus sensibles au bruit, au va-et-vient ou encore à la lumière. On essaie de faire le bon jumelage », explique Martin Prévost, directeur de l’accompagnement d’Auticonsult, attiré au Québec par l’équipe de Montréal International (MI).

Développement web et de logiciels, analyse de données, assurance qualité, cybersécurité... les professionnels autistes bien intégrés sont une véritable mine d’or pour les entreprises prêtes à payer le prix qu’il faut pour les avoir.

Le milliardaire britannique Richard Branson, qui fait partie des actionnaires d’Auticonsult.
Photo d’archives, Agence QMI
Le milliardaire britannique Richard Branson, qui fait partie des actionnaires d’Auticonsult.

Main-d’œuvre loyale

Auticonsult est une « entreprise sociale » au sens où le prix Nobel de la paix Muhammad Yunus l’entend : 100 % de ses profits sont réinvestis dans la compagnie plutôt que d’aboutir dans les poches de ses actionnaires.

« Nos clients qui les embauchent réalisent vite qu’ils sont aussi compétents, sinon plus, que leurs employés typiques. Nos consultants gagnent de 90 000 $ par année à 220 000 $ par année », souligne Pierre Bissonnette, directeur général d’Auticonsult Canada, qui prend de l’ampleur.

Au début du mois, Anderson Cooper a consacré son émission 60 minutes aux travailleurs autistes, qui sont de plus en plus recherchés au sein des grandes sociétés américaines pour leur mémoire et leur souci du détail.

« Une personne autiste peut être maladroite socialement. Les gens pensent qu’elles n’ont pas envie de socialiser, mais ce n’est pas vrai. C’est une main-d’œuvre loyale, ce qui est un avantage en TI », lance M. Bissonnette, qui plaide pour qu’on pense à eux avant de délocaliser les services informatiques.

Au pays, environ 10 000 ont des baccalauréats et des maîtrises en informatique, mais à peine 15 % réussissent à décrocher un emploi dans leur domaine, parce que les entrevues d’embauche ne sont pas faites pour eux, regrette-t-il.

« Je ne paraissais pas bien entrevue. Même quand je décrochais le poste, ça pouvait être difficile de me faire comprendre et de comprendre les autres, mais Auticonsult m’a trouvé un milieu adapté à mes intérêts et mes compétences », conclut Marie-Pier Lemay, qui vient d’être sacrée Génie de l’informatique par l’Asso-ciation canadienne de la technologie de l’information (ACTI).

Auticonsult  

Siège social : Berlin

Employés : 300

Fondation : 2011

Bureaux : Allemagne, France, Suisse, Italie, Australie, Royaume-Uni, États-Unis et Canada  

Actionnaires : Richard Branson, Felix et Susanne Porsche, Ananda Ventures GmbH, Ferd AS, Yabeo Capital et Ferst Capital Partners.

Source : Auticonsult