/opinion/columnists
Navigation

Enfin une offensive contre les armes illégales

proces des Hells
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La ministre Geneviève Guilbault a annoncé hier quelques dizaines de millions pour renforcer la guerre aux groupes criminalisés et surtout aux attaques par armes à feu. Une décision qui est la bienvenue après des événements préoccupants.

Plusieurs occasions où des malfaiteurs ont ouvert le feu en pleine rue ont alerté le public au danger que ces individus peuvent représenter. Lorsqu’on tire dans le Vieux-Port de Montréal à travers les terrasses de restaurant et les condos résidentiels, on ne peut plus parler de règlements de compte entre criminels. On parle d’une menace réelle à la sécurité du grand public.

Malheureusement, ce genre d’événements hautement dangereux finit par représenter le seul déclencheur qui amène une réaction musclée des gouvernements. C’est le cas aujourd’hui.

Ce qui me plaît surtout dans cette annonce, c’est le fait qu’on lance enfin une offensive sur les armes illégales. Après des années d’efforts et des centaines de millions investis pour compliquer la vie des simples détenteurs d’armes de chasse.

Sur le dos des chasseurs

Appelons les choses par leur nom. Nos gouvernements ont investi depuis plusieurs années cent fois plus d’argent et d’énergie à traquer les propriétaires d’armes légales qu’à pourchasser les trafiquants d’armes prohibées.

Pensons seulement aux chasseurs et agriculteurs, propriétaires d’armes d’épaule, qui ont connu plus que leur part de tracas depuis vingt ans. Un registre fédéral trop large et aux coûts exorbitants leur a d’abord fait porter un poids injustifié.

Puis, lorsque le gouvernement Harper a rempli son engagement d’en retirer les armes d’épaule, c’est le Québec qui a pris la relève. L’Assemblée nationale a finalement créé son propre registre sous les libéraux, et la CAQ, malgré quelques simplifications administratives, a complété sa mise en place.

Après les millions gaspillés par Ottawa, Québec se lançait dans la poursuite de cette obsession du registre, une mesure qui ne m’a jamais convaincu du point de vue de la sécurité publique.

Même gouvernement

Ce qui me renverse cependant, c’est le peu d’intérêt des mêmes gouvernements pour le trafic d’armes illégales. Alors que les attaques armées se multipliaient à Toronto l’an dernier, des reportages décrivaient l’ampleur de la circulation souterraine de telles armes.

Des armes de guerre prohibées au Canada qui transitaient à la frontière, des armes en pièces détachées destinées à être montées, tout cela était facile à trouver. Les moyens donnés aux services frontaliers et à la GRC en la matière apparaissaient bien modestes par rapport à la croissance du phénomène.

Soyons sérieux : si un gouvernement souhaite vraiment protéger le public, il ne tombe pas sur le dos de Jean-Guy qui chasse la perdrix au nord de Mont-Laurier. Pour compliquer l’approvisionnement en armes à feu des gangs de rue, il faut tomber à bras raccourcis sur le trafic d’armes illégales.

Je ne sais pas si les nouvelles escouades policières, comme celle qui traque les ventes d’armes sur internet, donneront tous les résultats escomptés. Mais au moins, les efforts sont à la bonne place.