/world/africa
Navigation

COVID-19: l’OMS mise sur des tests rapides en Afrique

COVID-19: l’OMS mise sur des tests rapides en Afrique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a promis jeudi de déployer des nouveaux tests rapides pour diagnostiquer les cas de COVID-19 en Afrique, l’une des régions du monde les moins affectées par la pandémie, selon un communiqué.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Ce déploiement « va considérablement augmenter la capacité de dépistage et marque un véritable tournant dans la lutte du continent » contre la COVID-19, a affirmé l’OMS lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Brazzaville, son siège régional pour l’Afrique.

Selon l’OMS, « de nombreux pays africains ont eu du mal à effectuer des tests en nombre suffisant pour contrôler la pandémie ».

« L’utilisation généralisée de tests rapides de haute qualité en Afrique peut révolutionner la réponse du continent » au virus, a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

« Les nouveaux tests de diagnostic rapide basés sur la détection de l’antigène aideront à répondre aux énormes besoins de diagnostic en Afrique », a-t-elle ajouté.

Dans des nombreux pays africains, le nombre de tests est réduit, limité aux grandes villes et aux voyageurs, et le délai d’attente des résultats varie entre 48 heures à plus de dix jours, selon l’OMS.

« La plupart des pays africains se concentrent sur le test des voyageurs, des patients ou des contacts, et nous estimons qu’un nombre important de cas ne sont pas détectés », a dit Dr Moeti.

Les nouveaux tests rapides « sont faciles à utiliser, moins chers que les tests PCR et fournissent les résultats en 15 à 30 minutes seulement, ce qui permet aux pays de décentraliser les tests », estime l’organisation.

L’Afrique est l’une des régions du monde les moins touchées par la pandémie, d’après les statistiques officielles.

Au 21 octobre, « +1 600 000 de cas de #COVID19 en Afrique - avec +1 300 000 de guérisons associées et 40 000 décès signalés », a tweeté l’OMS.