/news/society
Navigation

Cri du cœur des restaurateurs pour la réouverture des salles à manger

Coup d'oeil sur cet article

Se disant «épuisés, anxieux, pratiquement sans ressource», des chefs de file de la restauration au Québec réclament la réouverture de leurs salles à manger dans les zones rouges.

• À lire aussi: Les salles à manger : un endroit sécuritaire pour une socialisation encadrée

Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre du Québec, François Legault, les 40 signataires déplorent être « toujours dans l’incertitude » trois semaines après le reconfinement partiel de leur industrie, et alors que l’effort initial de 28 jours demandé aux Québécois tire à sa fin.

La missive est entre autres signée par les dirigeants des groupes Sportscene (La Cage), St-Hubert, des Restaurants Normandin, et de fournisseurs comme Exceldor. Les noms de joueurs de la restauration à Québec, notamment Pierre Moreau du Groupe Restos Plaisirs et Louis McNeil des restaurants Cosmos, s’y trouvent aussi.

  • Écoutez la chronique de Danny St Pierre avec Geneviève Pettersen

Plusieurs impacts

«Nous comprenons que la fermeture de nos salles à manger se fait dans le but de restreindre la socialisation, mais on commence également à remarquer le besoin d’un contact social minimal pour préserver la santé mentale de la population. Nos établissements offrent un environnement sécuritaire, autant pour nos employés que pour les consommateurs», peut-on lire.

Les restaurateurs se disent grandement préoccupés par les conséquences tant économiques que psychologiques qu’aurait une fermeture prolongée des salles à manger.

«Fermer les salles à manger a un impact immense sur la santé mentale des gestionnaires et employés de l’industrie», insistent-ils, en faisant valoir l’argent qu’ils ont investi afin de prévenir la transmission du virus et que des pays européens ont maintenu ouvertes les salles à manger malgré la deuxième vague.

Données

Les auteurs de la lettre se disent «très conscients du sérieux de la pandémie», mais estiment que le fait de recevoir des clients dans un environnement encadré ne présente pas de risque important d’éclosion.

«C’est pourquoi nous vous demandons de réévaluer rapidement la situation actuelle de l’industrie de la restauration et permettre la réouverture des salles à manger, et ce, partout au Québec», écrivent-ils.

Les restaurateurs demandent également de connaître les motifs et les données qui ont mené aux fermetures, disant vouloir améliorer leurs procédures et prévenir de futures restrictions.