/news/health
Navigation

Moyens de pression: une publicité de la FIQ qui fait réagir à Matane

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) multiplie les moyens de pression afin de dénoncer les conditions de travail de ses membres.

Une nouvelle publicité de la FIQ dénonce les charges de travail imposées aux infirmiers et infirmières ainsi que les découvertures médicales.

La FIQ mentionne s'être inspirée de la situation actuelle et des découvertures, notamment à Matane, au Bas-Saint-Laurent, dans le message qu'elle souhaitait passer au gouvernement Legault par l'entremise de cette publicité.

«Conseil santé numéro un: accoucher à Matane, à Shawville ou à La Sarre, c'est pas une bonne idée. Ce n'est pas une farce! Les unités des naissances manquent cruellement de personnel et risquent toutes de fermer, carrément. ''Désolé, il n'y a plus de service ici''. On met la table à langer et pensez à déménager. Les soins de santé sont à l'agonie et ça ne peut plus durer. Un petit conseil à notre gouvernement: agissez maintenant pour le bien de la population», peut-on entendre dans la publicité.

Les travailleurs de la santé multiplient les coups d'éclat, cette semaine, et ont d'ailleurs perturbé la circulation, lundi midi, en bloquant le pont de Québec et le pont Jacques-Cartier, à Montréal. La FIQ a aussi dévoilé le palmarès des CHSLD où la surcharge de travail met la sécurité des patients en danger. Ses membres prévoient également de faire la grève, le week-end prochain, pour s'opposer aux heures supplémentaires obligatoires.

Le député de Matane-Matapédia en mode réaction

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, se dit peiné que son territoire et plusieurs autres localités fassent l'objet de cette publicité. Il affirme que l'enjeu est bien présent dans sa circonscription et trouve la situation inacceptable.

«La publicité tend à démontrer que les infirmières au plus haut niveau ont identifié Matane comme un lieu problématique. J'aimerais que la même inquiétude soit partagée par le ministère de la Santé. Il faut s'assurer que nos futures mamans puissent accoucher à Matane. Pas à Rimouski, ça n'a pas de sens ça! Il y a seulement une personne qui peut trouver la solution et c'est le ministre de la Santé», a-t-il dit.

L'Hôpital de Matane rapporte cinq ruptures de service depuis juillet. La bonne nouvelle, c'est que seule une femme a été transférée à Rimouski pour son accouchement qui n'a finalement pas eu lieu ce jour-là.

M. Bérubé souhaite qu'une telle situation ne se reproduise plus et tient à ce que le ministre de la Santé, Christian Dubé, trouve un moment pour se pencher sur les enjeux de découvertures, notamment à Matane, puisque l'organisation du travail ne permet pas de pourvoir tous les postes.

«Ça envoie le message qu'il y a une problématique particulière à l'Hôpital de Matane. J'en suis conscient et j'espère que le ministère de la Santé au plus haut niveau travaille à ce qu'on ait du renfort à l'Hôpital de Matane. On a réglé la question du bloc opératoire, on a des chirurgiens et on en aura même une troisième en janvier 2021. Pour les infirmières, l'absence de régularité dans les équipes du bloc opératoire cause des découvertures en obstétrique notamment. Ça fait plusieurs qu'on a, on ne s'habitue pas et on n'accepte pas ça», a clamé le député péquiste.

Une autre découverture, cette fois en obstétrique à l'Hôpital de Matane, est prévue vendredi matin à compter de 8h, jusqu'à ce dimanche à la même heure.