/world/usa
Navigation

Depuis la Floride, Trump vante son débat face à «Joe l’Endormi»

US-PRESIDENT-TRUMP-HOLDS-TWO-CAMPAIGN-RALLIES-IN-FLORIDA
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | À 11 jours de la présidentielle, Donald Trump a poursuivi, vendredi, sa course effrénée aux électeurs depuis la Floride, où il a vanté sa performance lors de son débat face à son rival démocrate, Joe Biden.

• À lire aussi: Le verdict de nos experts sur le débat

• À lire aussi: Fact-check, le dernier débat

• À lire aussi: Débat civilisé sur fond d’attaques personnelles

Ce face-à-face télévisé en direct, organisé à Nashville, dans le Tennessee, a été bien plus constructif que le précédent, marqué par de constantes interruptions et des insultes.

Pour le président américain, aucun doute: il en est sorti vainqueur, et ce tête-à-tête pourrait marquer un tournant dans la course à la Maison-Blanche, car les sondages le donnent, pour l’heure, en grande difficulté. 

US-PRESIDENT-TRUMP-HOLDS-TWO-CAMPAIGN-RALLIES-IN-FLORIDA
AFP

«Joe Biden a montré, hier soir, qu’il n’était pas capable d’être président des États-Unis», a-t-il lancé depuis The Villages, lieu de 100 000 habitants, la plus grande communauté de retraités en Floride.

Il est en particulier longuement revenu sur la déclaration de son rival démocrate, affirmant que, s’il était élu, il se «détournerait progressivement de l’industrie pétrolière».

«Cela pourrait être l’une des pires erreurs de l’histoire des débats présidentiels», a lancé le locataire de la Maison-Blanche, qui se moque régulièrement les engagements de son adversaire visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis.

Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB radio: 

 

Il est également revenu sur les déclarations de ce dernier sur l’immigration.

«Joe Biden a manqué de respect envers Barack Hussein Obama» quand il a affirmé, interrogé sur la politique passée des démocrates, qu’il était «vice-président, pas président», a lancé Donald Trump.

Alors que les Américains âgés votent souvent pour le Parti républicain, ils sont aussi très vulnérables face au coronavirus, et M. Trump est très critiqué pour sa gestion de la pandémie, qui a fait plus de 223 000 morts aux États-Unis.

Avant son départ pour le «Sunshine State», le président américain avait engrangé un succès diplomatique, en annonçant depuis le Bureau ovale qu’Israël et le Soudan avaient accepté de normaliser leurs relations. 

«Pensez-vous que Joe l’Endormi aurait pu conclure cet accord?», a demandé, narquois, M. Trump au premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui était au bout du fil et sur haut-parleur.

Plus de 50 millions d’Américains ont déjà voté par anticipation – 35 millions par correspondance et plus de 15 millions en personne –, selon le comptage, vendredi, de l'US Elections Project, de nombreux électeurs préférant éviter les foules le jour de l’élection en pleine pandémie.

Donald Trump doit voter samedi en Floride. Son vice-président, Mike Pence, l’a fait à Indianapolis vendredi.

«Un super boulot»

Pour rattraper son retard dans les sondages, le président républicain mise gros sur la Floride, l’un des États susceptibles de basculer pour l’un ou l’autre des candidats et d’offrir les grands électeurs nécessaires pour la victoire.

Le président poursuivra, samedi, son marathon de réunions, en Caroline du Nord, dans l’Ohio et dans le Wisconsin. Dimanche, il doit aller dans le New Hampshire.

De retour dans son fief de Wilmington, dans le Delaware, Joe Biden a pour sa part annoncé la gratuité pour toute la population d’un futur vaccin contre le coronavirus s’il était élu à la présidence. Son adversaire avait déjà fait cette promesse.

«Une fois que nous aurons un vaccin sûr et efficace, il devra être gratuit pour tout le monde, que vous soyez assuré ou pas», a-t-il affirmé, en présentant son plan national de lutte contre la pandémie et de relance économique.

US-PRESIDENT-TRUMP-HOLDS-TWO-CAMPAIGN-RALLIES-IN-FLORIDA
AFP

Ces deux questions ont été au centre du débat jeudi soir entre les deux septuagénaires, devant des millions de téléspectateurs.

«Quelqu’un qui est responsable d’autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des États-Unis d’Amérique», a lancé le candidat démocrate, en prédisant «un hiver sombre» pour le pays le plus endeuillé au monde.

Donald Trump, qui dit être complètement remis de la COVID-19, pour laquelle il a été hospitalisé début octobre, l’a en retour accusé de vouloir «reconfiner» le pays.

«Nous n’oublierons pas ce qu’ils ont fait», a-t-il lancé depuis The Villages en évoquant la Chine.