/news/currentevents
Navigation

Cri du coeur pour retrouver sa fille itinérante

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de famille lance un cri du cœur à sa fille sans domicile fixe, qui aurait élu domicile au camping Notre-Dame à Montréal. La santé mentale de la jeune femme est fragile.

• À lire aussi: Montréal va doubler son nombre de lits d’urgence pour les itinérants

• À lire aussi: Pandémie: l’itinérance et la réalité de la rue scrutée par «J.E»

Au lendemain de notre reportage à J.E sur les conséquences désastreuses de la pandémie sur l’itinérance, Marie-Chantal Goulet a contacté notre équipe. 

La femme de Mirabel a fait part de son désarroi et de son inquiétude face au sort qui attend sa fille cet hiver. 

La jeune femme de 23 ans, Catherine Lauzon, ferait partie, selon sa mère, du groupe de campeurs stationnés à proximité de la rue Notre-Dame Est, dans le quartier Hochelaga, depuis plusieurs semaines. 

Elle juge que sa place est à la maison, avec ses proches, d’autant plus que la jeune femme est mère d'un bébé de 8 mois dont elle n’a pas la garde.

«Je veux la retrouver, je veux lui dire qu’on l’aime, qu’on l’attend. Elle peut venir à la maison vivre ici avec nous. On l’attend les bras grands ouverts», affirme Mme Goulet.