/news/currentevents
Navigation

Explosion des cas de fraudes au Québec en septembre

Coup d'oeil sur cet article

Une explosion du nombre de signalements pour des fraudes impliquant la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été enregistrée au Québec en septembre, alors qu'environ 12 personnes par jour ont porté plainte aux autorités, selon le Centre antifraude du Canada.

Depuis sa mise en place au printemps pour venir en aide aux Canadiens durant la pandémie de COVID-19, la PCU est rapidement devenue une manne pour les fraudeurs qui font des demandes à la chaîne afin de maximiser leurs gains, notamment en volant l’identité d’honnêtes citoyens.

Et c’est au Québec que le nombre de plaintes est le plus élevé pour ces fraudes.

Depuis le début de la pandémie, ce sont 1317 cas qui ont été recensés ici, alors que le total canadien est de 3434, rapporte le Centre antifraude du Canada (CAFC).

Entre le 31 août et le 30 septembre, 368 Québécois ont dénoncé le fait que leur identité aurait été dérobée par des fraudeurs qui ont fait des demandes de PCU.

Compte en banque bidon

Un des moyens privilégiés par les escrocs est de créer un compte en banque bidon, de modifier les informations au dossier de sa victime pour y faire verser par dépôt direct la PCU.

Il est toutefois impossible de connaître l’ampleur du montant dérobé aux contribuables en raison du versement frauduleux de la PCU, précise le CAFC.

Or, tous ces cas mis au jour ne pourraient être que la pointe de l’iceberg.

De nombreuses personnes pourraient avoir une mauvaise surprise en recevant leur feuillet T4 de l’Agence du revenu du Canada (ARC) en constatant que des versements de PCU ont été encaissés frauduleusement.

Le Directeur parlementaire du budget à Ottawa a d’ailleurs révélé au début du mois que la mise en place de la PCU coûtera au total 82 3 milliards $.

  • Il est possible de consulter son dossier en ligne sur le site internet de l’ARC.