/news/society
Navigation

Labeaume suggère d’installer dès maintenant les décorations de Noël

Labeaume suggère d’installer dès maintenant les décorations de Noël
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

En ces temps de pandémie et à une semaine de l’Halloween, Régis Labeaume suggère aux citoyens de Québec d’installer, dès maintenant, leurs décorations de Noël. Le but avoué est de lutter contre la morosité ambiante.

• À lire aussi: [EN DIRECT] COVID-19: «L'heure est grave» dans la grande région de Québec, clame Geneviève Guilbault

«Commencez donc maintenant à installer vos décorations de Noël pour faire en sorte que les enfants, quand ils sortent un peu le soir, sentent un peu de féerie, qu’il y ait un petit peu de bonheur dans leur tête et qu’on change un petit peu le quotidien. Même que les ados, que vous autres, vous ayez le goût le soir de prendre des marches», propose le maire de Québec dans une vidéo de deux minutes postée, vendredi midi, sur sa page Facebook. 

Installé à proximité de l’hôtel de ville de Québec, avec des décorations d’Halloween en arrière-plan, le maire a ajouté que la Ville apportera aussi sa contribution. «On vide le magasin. On décore les rues principales tant qu’on peut. On met des lumières. Il faut mettre de la musique», a-t-il énuméré.  

Affirmant qu’il faut «combattre la noirceur», Régis Labeaume anticipe que le changement d’heure de la semaine prochaine sera difficile à supporter. «Ça va être vraiment tough, novembre. C’est comme si on va fermer les rideaux. Une heure de moins de clarté. Ça va nous frapper dedans», a-t-il prévenu.  

Parlant de «lassitude» et «d’anxiété qui commence à monter à la gorge», le maire a ajouté que «plusieurs sont en détresse». 

«Torpeur psychologique» 

En après-midi, lors d’un point de presse commun avec la ministre Guilbault et le maire Lehouillier, Régis Labeaume a beaucoup insisté sur l’enjeu de la détresse psychologique.  

«On pense comprendre l’état de désarroi et de lassitude. Mon sentiment est qu’on est à un point de bascule. C’est dangereux parce qu’il y a une chance sur deux que l’aiguille tombe du mauvais côté, a-t-il fait remarquer. On sent les gens de plus en plus angoissés. Ils sont fatigués et fâchés. Ils ont le goût de se rebeller. Pour eux-autres, le message ne passe plus. Quand on est rendu là, ça se complique.» 

Comme plusieurs ne voient pas le bout du tunnel, le maire invite les citoyens à ne pas baisser les bras et à demander de l’aide en cas de besoin. «À tous ceux et celles actuellement sentent qu’ils sont envahis par une torpeur psychologique, il y a des organisations qui sont disponibles pour vous aider. Les ressources, on peut les trouver en appelant le 211. C’est important», a-t-il réitéré.