/finance/business
Navigation

L’appel de Legault à accroître le télétravail va faire mal à Montréal

Le centre-ville, déjà très fortement affecté, sera la première victime

Roger Azuelos,
Photo Julien McEvoy Roger Azuelos, propriétaire de la boutique Emmanuel, sur la rue Sainte-Catherine, survit présentement grâce à ses économies.

Coup d'oeil sur cet article

Déjà aux prises avec une importante baisse d’achalandage, les commerces du centre-ville de la métropole ne sont pas au bout de leurs peines, si on se fie au premier ministre Legault et à un rapport publié jeudi. 

• À lire aussi: Le centre-ville de Montréal à un point critique

« Tous ceux qui sont capables de faire du télétravail doivent [le] faire, disait François Legault, jeudi. Il faudrait qu’il y ait encore plus [de gens] qui [le] fassent, parce que les lieux de travail sont des endroits où il y a des infections. »

« Je sais que la Chambre de commerce de Montréal ne m’aimera pas quand je dis ça, parce que les commerces dans les centres-villes souffrent beaucoup », ajoutait le premier ministre.

Cet appel de Québec a surpris Michel Leblanc, PDG de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain (CCMM). « M. Legault doit avoir de l’information que nous n’avons pas, lance-t-il en entrevue avec Le Journal. On doit être certain que le gouvernement prend des décisions basées sur des données. »

C’est que la CCMM avait reçu un autre message de la part de Mylène Drouin, directrice de santé publique de Montréal, lors d’une causerie, le 13 octobre. « La réponse était très claire : il n’y avait pas d’éclosions dans les tours de bureaux. On visait le retour de 25 % des travailleurs », ajoute M. Leblanc. 

  • Écoutez la revue de l'actualité de Pierre Nantel et Maude Boutet sur QUB radio:   

Une tendance là pour rester

Un rapport publié jeudi par l’Institut de développement urbain (IDU) tend par ailleurs à montrer que le télétravail est là pour de bon. 

« La statistique que je trouve la plus importante, c’est que 75 % des gens souhaitent maintenant passer au moins la moitié de leur semaine en télétravail, pandémie ou non », indique le PDG de l’IDU, Jean-Marc Fournier.  

Il s’agit d’une « véritable révolution » qui laissera des traces, note l’ex-lieutenant de Jean Charest, qui fait remarquer que les travailleurs comptent pour « 30 % de la vie économique du centre-ville ». 

« Il faudra bien mesurer cette conséquence et essayer de s’adapter avant qu’on soit forcé de s’adapter », laisse-t-il tomber. 

La mairesse Plante annonçait d’ailleurs, jeudi, que les stationnements tarifés seraient gratuits les soirs et les week-ends du 14 novembre au 31 décembre, une mesure évaluée à 1,7 million de dollars qui vise à venir en aide aux commerçants.

  • Écoutez la chronique d’Olivier Primeau avec Geneviève Pettersen

« C’est vraiment mort »

Mesures ou non, « c’est vraiment, vraiment mort » rue Sainte-Catherine, note Roger Azuelos, propriétaire de la boutique Emmanuel. 

« Ils annoncent des mesures, j’entends ça à longueur de journée, mais il n’y a personne qui circule ici », assure l’entrepreneur. 

Son chiffre d’affaires a baissé de 90 % de mars à mai. Et depuis la deuxième vague, « c’est pire que c’était ». 

« J’aime bien être positif, mais si personne ne vient me voir, qu’est-ce que je peux faire ? » demande-t-il. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.