/world/usa
Navigation

Trump va retirer le Soudan de la liste des États soutenant le terrorisme

Trump va retirer le Soudan de la liste des États soutenant le terrorisme
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Donald Trump va retirer le Soudan de la liste des États soutenant le terrorisme, a annoncé vendredi la Maison-Blanche, juste avant de confirmer que Khartoum allait normaliser ses relations avec Israël. 

Le premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a aussitôt remercié le président américain dans un tweet.

Donald Trump « a informé le Congrès de son intention d’annuler formellement la désignation du Soudan comme État parrain du terrorisme », a indiqué l’exécutif américain, qualifiant ce développement de « moment charnière » pour le Soudan et les relations entre Washington et Khartoum.

Cette annonce intervient après que le Soudan a « accepté de résoudre certaines demandes des victimes américaines du terrorisme et leurs familles. Hier, en application de cet accord, le gouvernement de transition du Soudan a transféré 335 millions de dollars sur un compte séquestre pour ces victimes et leurs familles », a précisé la Maison-Blanche.

Il s’agit notamment des attentats perpétrés en 1998 par la nébuleuse jihadiste Al-Qaïda contre les ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie, et qui avaient fait plus de 200 morts.

Le Soudan, jadis paria de la communauté internationale pour avoir accueilli le chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden dans les années 1990, a été condamné à verser de telles indemnisations par la justice américaine.

L’accord ouvre la voie à « un nouvel avenir de collaboration et de soutien à la transition historique en cours » au Soudan, selon la Maison-Blanche, qui a salué les autorités de transition du pays.

L’exécutif a enfin appelé le Congrès américain à adopter la loi nécessaire pour mettre en oeuvre l’accord.

Le Soudan est depuis 1993 sur cette liste noire américaine, synonyme d’entrave aux investissements pour ce pays pauvre.

Les États-Unis ont renoué avec Khartoum déjà sous l’ex-président démocrate Barack Obama, lorsque l’ex-président soudanais Omar el-Béchir a commencé à coopérer dans la lutte antiterroriste et joué le jeu de la paix au Sud-Soudan.

La révolution qui a balayé Omar el-Béchir n’a fait qu’accélérer le mouvement.