/sports
Navigation

L’ancien ministre David Heurtel est le nouveau président du RSEQ

L’ancien attaché politique de Bernard Landry est le nouveau président du RSEQ

DM garneau vs faucons-01
Photo courtoisie et d'archives, Agence QMI L’ancien ministre de l’Environnement et de l’Immigration David Heurtel (en mortaise) a été nommé le nouveau président du RSEQ.

Coup d'oeil sur cet article

Oublié sur les lignes de côté par le gouvernement depuis le début de la pandémie, le RSEQ mise sur un nouveau président dont l’objectif numéro un est de permettre à l’organisme qui chapeaute le sport étudiant au Québec de jouer un rôle plus important.

Attaché politique du premier ministre Bernard Landry en 2001 et ministre de l’Environnement et de l’Immigration dans le gouvernement de Philippe Couillard de 2014 à 2018, David Heurtel a trempé et baigne toujours dans le milieu sportif.

«Nous vivons une crise sans précédent avec plusieurs enjeux et je ne veux lancer la pierre à personne, mais le RSEQ [Réseau du sport étudiant du Québec] peut et doit jouer un rôle très constructif comme partenaire du gouvernement dans cette pandémie, a déclaré M. Heurtel. Le RSEQ doit être un partenaire dans la mise en œuvre de solutions. Tout le monde convient de l’importance de l’activité physique et il faut trouver un bon équilibre entre la lutte à la pandémie et le fait de faire bouger nos jeunes. C’est un travail d’équipe et je vais poursuivre le dialogue avec les différents acteurs gouvernementaux.»

Reconnaissance

Une autre priorité du nouveau président du conseil d’administration est de mieux faire connaître le RSEQ. «Parce que l’équipe en place s’attaque aux tâches premières de l’organisme, mon rôle sera de mieux faire connaître le gros travail qui se fait au RSEQ, explique-t-il. Ce travail, dans l’ensemble du Québec, n’est pas connu. Ce n’est pas seulement auprès du politique qu’il faut faire connaître le RSEQ, mais aussi auprès des fonctionnaires. Il y a plusieurs ministères impliqués dans la crise actuelle. Je vais aider au niveau des communications, des relations avec le gouvernement et j’aurai un œil sur la gouvernance du RSEQ. Il y a plusieurs acteurs et il faut amener de la cohésion. On ne peut pas miser sur des solutions mur à mur. Ça prend de la souplesse et il faut être à l’écoute des différentes réalités régionales. Le financement est très important et je souhaite aussi développer des partenariats privés.»

Une familiarité

Président et directeur général de la Régie des installations olympiques (RIO) de 2011 à 2013, l’avocat-conseil au sein du cabinet Fasken et professeur adjoint à l’Université Concordia a pu côtoyer les dirigeants des fédérations sportives ainsi que les actuels dirigeants du RSEQ au cours de son mandat. 

«Ma relation et ma familiarité avec le sport étudiant ont débuté pendant mes années de basketball comme étudiant-athlète et mon passage à la RIO, où j’ai travaillé avec Stéphane Boudreault [le DG adjoint du RSEQ]. Quand Stéphane et Gustave Roel [le PDG du RSEQ] m’ont contacté il y a quelques mois, j’ai trouvé le défi intéressant. 

C’est un travail de longue haleine avec un horizon à long terme de trois à cinq ans.»

«Depuis sept ans que je suis impliqué auprès de l’organisme de persévérance scolaire Ali et les Prince.sse.s de la Rue, d’abord comme député de Saint-Michel et maintenant comme président du conseil d’administration, je suis convaincu de l’importance de la pratique du sport dans la réussite académique, poursuit celui qui a été élu pour la première fois comme député de Viau le 9 décembre 2013. 

Ali Nestor et son équipe ont raccroché les jeunes et changé des trajectoires de vie par la pratique des arts martiaux.»

Le nouveau président prend la relève de Pierre Boulerice, qui conservera son rôle de vice-président du secteur scolaire.