/news/currentevents
Navigation

Une équipe spéciale pour s’attaquer aux menaces sur le web

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Horacio Arruda, directeur de la Santé publique

Coup d'oeil sur cet article

Devant la hausse inquiétante des menaces contre des personnalités comme le premier ministre François Legault et le Dr Horacio Arruda, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a mis en place une équipe spéciale de procureurs pour traduire en justice ces internautes.

Les dossiers de menaces envers les acteurs gouvernementaux qui instaurent les mesures sanitaires sont tous transférés au Bureau de la grande criminalité et des affaires spéciales, à Montréal.

« Sous le volet “affaires spéciales”, ç’a été centralisé afin de mieux pouvoir suivre ce phénomène social de menaces en ligne, avec comme toile de fond les mesures restrictives liées à la pandémie », a expliqué Me Audrey Roy-Cloutier, porte-parole du DPCP.

Internautes accusés

Dans les derniers mois, de nombreux internautes se sont fait passer les menottes aux quatre coins du Québec après avoir proféré des menaces contre des personnalités comme le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, le premier ministre, François Legault, ou plus récemment la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

« C’est pas parce qu’on est derrière un écran qu’on est intouchable. Il y a des méthodes d’enquête qui font que les policiers peuvent remonter jusqu’à la personne. On s’expose aux mêmes conséquences que si les menaces étaient formulées en personne », a fait valoir Me Roy-Cloutier.

Le DPCP était toutefois incapable d’indiquer vendredi le nombre précis d’individus qui ont été accusés en cette matière depuis le début de la pandémie.

Le phénomène a toutefois été jugé assez important pour que le DPCP envoie les dossiers au même point de chute au lieu que ce soit des procureurs de différents districts judiciaires qui s’en occupent séparément. 

« Ces dossiers nous sont transmis par les différents corps policiers concernés, et c’est dans un souci de coordination et d’uniformité dans le traitement des dossiers que cette décision a été prise par le DPCP », a précisé la porte-parole.

Arruda sous protection

Autre signe que la situation des menaces en ligne est préoccupante, le Dr Horacio Arruda a révélé cette semaine qu’il avait été mis sous protection policière, lui qui est régulièrement la cible de menaces.

« J’ai un chauffeur et garde du corps [...] en lien avec différentes menaces qui ont déjà eu lieu et qui continuent à avoir lieu », a-t-il révélé, quelques jours après qu’une poignée d’individus soit allée manifester devant sa résidence personnelle.