/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Obama accuse Trump d’avoir «complètement foiré» dans sa gestion de la pandémie

Obama accuse Trump d’avoir «complètement foiré» dans sa gestion de la pandémie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI | L’ancien président américain Barack Obama a accusé, samedi, son successeur Donald Trump d’avoir «complètement foiré» dans sa gestion de la COVID-19, lors d’une réunion de soutien au candidat démocrate Joe Biden à Miami, en Floride. 

• À lire aussi: Trump vote en Floride et affiche son optimisme

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Première vague: 22 % plus de morts aux États-Unis sans les ordres de demeurer à la maison

«Huit mois après le début de cette pandémie, les nouveaux cas battent encore des records», a-t-il lancé.

«Cette pandémie aurait été difficile à gérer pour n’importe quel président», «mais l’idée que cette Maison-Blanche ait fait autre chose que complètement foirer est absurde», a-t-il ajouté à dix jours de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Devant des Floridiens venus en voiture pour cette réunion en format drive-in, qui ont rythmé son discours de coups de klaxon, le premier président noir des États-Unis a reproché au milliardaire républicain de ne toujours pas avoir de plan pour combattre le coronavirus.

«Donald Trump ne va pas soudainement nous protéger. Il n’est même pas capable de prendre les précautions les plus élémentaires pour se protéger lui-même», a-t-il ironisé, trois semaines après l’hospitalisation du président candidat qui avait contracté la COVID-19.

«Il ne reconnaît même pas qu’il y a un problème», a ajouté Barack Obama, en réponse à l’ex-magnat de l’immobilier qui a de nouveau prédit samedi, lors d’une réunion en Caroline du Nord, qu’on n’entendrait plus parler de la pandémie au lendemain de l’élection.

C’est la deuxième réunion en quelques jours pour l’ancien président démocrate, dont Joe Biden était le vice-président. Il a appelé à la mobilisation de son camp en Floride, un État-clé qui avait voté pour lui en 2008 et 2012, mais que Donald Trump a remporté en 2016.

«Tu m’as élu à deux reprises, Floride. Maintenant, je te demande d’élire Joe», a-t-il martelé.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.